Sexo & Love - Contraception : comment éviter les échecs ?

Agrandir l'image - Contraception © Shutterstock
Contraception : comment éviter les échecs ?
Contraception
© Shutterstock

Nous sommes beaucoup à connaître dans notre entourage une femme qui a été enceinte malgré l’usage d’une contraception. Une situation qui, effectivement, n’est pas rare !

Aujourd’hui, nous sommes très peu à ne pas utiliser de contraception, sauf bien sûr en cas de désir d’enfant.

Pourtant, les chiffres sont déroutants : une grossesse sur trois n’est pas désirée, ce qui entraîne 210 000 interruptions de grossesse (ou IVG) chaque année.

Cette situation paradoxale est due à des échecs de contraception. En effet, même si elle avoisine 100% d’efficacité, aucune méthode ne les atteint totalement.

Et surtout, cela vient le plus souvent d’une erreur de notre part. Mais nous n’avons pas toujours conscience de courir un risque.

Agrandir l'image - Les échecs de la pilule ? © Shutterstock
Les échecs de la pilule ? © Shutterstock
Les échecs de la pilule ? © Shutterstock
De loin la plus employée, la pilule est efficace à 99,9%. Il reste donc un risque infime de grossesse. Mais cette efficacité est mesurée lors d’études avec une utilisation parfaite.
Or, nous sommes nombreuses à oublier de la prendre au moins une fois par mois. La pilule devient alors inefficace dans 6 à 8% des cas.

Il y a un risque en cas d’oubli de plus de 12 heures pour une pilule classique, et de plus de 3 heures pour une micropilule progestative.

Une ovulation peut se déclencher, et donc une grossesse. Attention, ce n’est pas en milieu de plaquette mais la première semaine que les oublis sont les plus risqués, car une ovulation peut alors se déclencher tout de suite.

Si cela vous arrive, suivez les consignes indiquées sur la notice pour vous protéger jusqu’à la fin de votre cycle.

Si vous avez eu un rapport sexuel avant l’oubli de pilule, vous devez recourir à la contraception d’urgence. Et pas seulement pour un rapport la veille !

On l’ignore, mais il y a risque de grossesse en cas de rapport dans les 5 jours avant l’oubli : les spermatozoïdes peuvent rester féconds tout ce temps dans les voies génitales.

En cas de vomissement dans les trois heures suivant la prise de votre pilule, c’est comme si vous ne l’aviez pas avalée. Vous devez reprendre un comprimé.

Bon à savoir :

Jusqu’à il y a peu, les pharmaciens pouvaient vous dépanner pour un mois si votre ordonnance n’était plus valable.

Aujourd’hui, si elle date de moins d’un an, ils peuvent renouveler votre pilule pour une durée de six mois.

Pratiquement toutes les pilules sont concernées, sauf celles prescrites spécifiquement en cas d’acné. Et vous serez remboursée normalement.

Voilà qui peut faciliter la vie !
Agrandir l'image - Contraception d’urgence : ayez le réflexe à tout âge © Shutterstock
Contraception d’urgence : ayez le réflexe à tout âge © Shutterstock
Contraception d’urgence : ayez le réflexe à tout âge © Shutterstock
Cette solution de « rattrapage » est couramment utilisée avant 25 ans. Après, nous sommes seulement une sur dix à y recourir quand il le faudrait, en général, parce que nous ne pensons pas avoir de risque de grossesse.

La majorité des IVG survient pourtant chez des femmes de plus de 25 ans. Médecins et gynécologues ont leur part de responsabilité : ils n’informent pas assez sur les risques d’échecs, en cas d’oubli de pilule par exemple, et ne prescrivent pas systématiquement une contraception d’urgence au cas où.
N’hésitez pas à leur en demander pour avoir celle-ci sous la main.

En effet, en cas d’oubli à risque, d’incident avec un préservatif ou de rapport non protégé, il faut y recourir quel que soit le moment du cycle : elle retarde l’ovulation et empêche ainsi une grossesse.

Deux contraceptifs d’urgence en comprimés sont disponibles. Ils sont très performants, mais pas non plus efficaces à 100%.

Délivré sans ordonnance en pharmacie, ce comprimé (Norlevo ou générique, 6€ à 7,5€, remboursé sur prescription, gratuit pour les mineures) doit idéalement être pris dans les douze heures qui suivent un rapport à risque.

En effet, s’il reste actif jusque 3 jours après, son efficacité décroît, surtout le troisième jour.

Uniquement disponible sur prescription, la seconde option est une molécule efficace jusqu’à 5 jours après un rapport. Et cette efficacité reste la même durant tout ce temps, un avantage non négligeable. Ce médicament coûte 24,15€ et est remboursé à 65% par la sécurité sociale.

Ces solutions d’urgence peuvent être utilisées plusieurs fois et sont sans danger pour la santé ou la fertilité future. Toutefois, elles ne peuvent remplacer la contraception classique.

A noter que si vous avez besoin d’une contraception « durable », un stérilet peut être posé jusqu’à 5 jours après un rapport à risque. Cette solution a le même effet que la contraception d’urgence.

Bon à savoir : la contraception d’urgence élimine les risques de grossesse des rapports antérieurs mais ne vous protège en aucun cas pendant le reste du cycle.

Ovulation : oubliez le quatorzième jour ! On nous l’a dit et répété pendant très longtemps…et nous le croyons encore trop souvent : l’ovulation intervient le quatorzième jour du cycle (à partir du premier jour des règles) ou autour de cette date. Et il suffit de faire attention quelques jours avant et un peu après pour éviter une grossesse. Or, c’est absolument faux. On sait aujourd’hui que l’ovulation peut survenir n’importe quand. Autrement dit, sans contraception, nous sommes potentiellement à risque de grossesse pendant tout notre cycle !
Agrandir l'image - Et avec les autres méthodes © Shutterstock
Et avec les autres méthodes © Shutterstock
Et avec les autres méthodes © Shutterstock
Le patch et l’anneau vaginal sont quasiment efficaces à 100%. Mais un risque peut survenir si vous oubliez de les remettre après les 7 jours d’arrêt (semaine des règles) ou si vous omettez de changer votre patch chaque semaine.

Dans ces cas, suivez les consignes indiquées pour vous protéger d’une grossesse, et recourez à la contraception d’urgence si vous avez eu des rapports dans les 5 jours précédents.

Le stérilet. Malgré sa fiabilité, on estime qu’une femme sur 100 a un risque de grossesse sur une année. Des grossesses mal expliquées, si ce n’est que, parfois, le stérilet se déplace, voire s’expulse, ce qui reste rare.

L’implant posé pour trois ans est très fiable. Ce qui n’exclut pas d’exceptionnelles « grossesses surprises », toujours non expliquées.

Le préservatif. Son efficacité contraceptive n’est pas très performante, c’est pourquoi il est conseillé aux jeunes filles de prendre en plus la pilule.
Son taux d’échec, déjà de l’ordre de 3% s’il est parfaitement utilisé, est 5 fois supérieur en cas d’incidents : rupture, mise en place tardive...
Bien des couples pensent qu’il n’y a aucun risque tant qu’il n’y a pas d'éjaculation. Or, les spermatozoïdes sont déjà présents dans les sécrétions libérées avant.
De même, si le préservatif reste dans le vagin lors du retrait, il y a un risque. Au moindre incident, il faut recourir à la contraception d’urgence.

Articles similaires :
- Sans lui
- Disputes et conflits dans le couple : jusqu’où peut-on aller ?
- Le vibro écolo : un plaisir durable
- Préservatifs : faire capoter les idées reçues !
- Première campagne contre le viol conjugal
Questions similaires :
- La mere des enfants de mon chéri (son ex) lui pourrit la vie. Comment l'aider?
- Vous êtes dominatrice ou soumise ?
- Quel est votre type d hommes les filles? es ce qu il devrait avoir des qualites requises?
- Avez-vous déjà mit en scène des scénario avec votre chéri ?
- Vrai ou faux ? !?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Taponandra Publié le 29-11-2010
Voir la fiche de Taponandra
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles