Bien-être & Forme - Et le don d'organes vous y avez pensé ?

Agrandir l'image - Et le don d'organes vous y avez pensé ? © Shutterstock
Et le don d'organes vous y avez pensé ? © Shutterstock
Et le don d'organes vous y avez pensé ?
© Shutterstock

Voilà, pour la petite histoire j'avais 21 ans quand mon fils est né et quand on m'a annoncé un cancer extrêmement rare du foie.

Je vous passe le parcours des différents traitements barbares qu'il m'a fallut supporter parce qu'aujourd'hui les traitements contre le cancer sont heureusement mieux connus du grand public. Par contre, on n'est pas préparé à devoir obligatoirement subir de très lourdes opérations à répétition.

Et cela a été mon cas: en 5 ans, j'ai subit 5 opérations très compliquées sur mon foie, et lors d'une d'entre elle, cela ne s'est pas bien passé. Je me suis réveillée avec un drain biliaire avec lequel il a fallut que je vive pendant presque 4 ans. Tout ça alors que je n'avais que 25 ans.

Mon seul salut, je le dois à un chirurgien qui s'est démené pour m'obtenir le droit à une greffe, car la quantité de greffons étant trop peu suffisante, la sélection est drastique en ce qui concerne la pathologie d'origine, et mon cancer, trop rare, trop peu connu, et surtout trop risqué, n'est pas sur la liste des maladies autorisant une greffe.

Après 2 ans de combats acharnés, on m'a finalement proposé une greffe intermédiaire, dite "domino" : vous prenez un malade atteint de maladie hépatique génétique qui lui est prioritaire sur les longues listes d'attente de transplantation et le jour où son tour vient car un greffon d'un donneur cadavérique lui a été attribué, on appelle quelqu'un comme moi qui ne peut pas prétendre à entrer sur cette liste d'attente, et lors de la greffe du premier patient, on lui prélève son organe pour le transplanter sur le deuxième patient. Compliqué tout cela, non?

Et pourtant, cela m'a sauvé la vie, débarrassée de mon drain, et redonner une deuxième chance d'être une maman comme les autres ( ou presque!).

Si aujourd'hui, chacun prenait position pour ou contre le don d'organes et surtout, communiquait ses choix à ses proches (parents, enfants, conjoint, car la parole des amis ne compte malheureusement pas dans ces cas là), nous aurions sûrement plus de donneurs, de temps pour agir, moins de chagrin aussi pour les familles lorsque vient l'heure de prendre cette décision si difficile.

Ne pensez pas à ce que l'on fera au corps (qui, entre parenthèse est traité avec un grand respect) durant le prélèvement, car ce n'est pas la bonne question.
La bonne question est que ferais-je si c'est moi qui était malade, ou mon fils, ma fille, mon mari ou bien ma femme?

Pensez-y, je vous en prie, vous ne verrez plus les choses de la même manière, et je ne suis malheureusement qu'un exemple parmi tant d'autres qui vous prouve que nul n'est à l'abri de la maladie.


Articles similaires :
- L'autopalpation, un geste essentiel
- Astuces pour lutter contre la cellulite
- L'huile d'argan
- Les bienfaits du citron
- Et si vous vous mettiez au vélo elliptique ?
Questions similaires :
- Etes vous complexé?
- Athlétique.
- Pourquoi a t-on de la fièvre
- Quiz habitat-santé
- Qu'aimez-vous recevoir comme petit cadeau qui fait plaisir ?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Anne Coullouette (Alaya007) Publié le 28-04-2009
Voir la fiche de Anne Coullouette (Alaya007)
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles