Maman - Inceste et abus sexuels, protégeons nos enfants

Agrandir l'image - Protéger les enfants de l'inceste © Shutterstock
Protéger les enfants de l'inceste © Shutterstock
Protéger les enfants de l'inceste
© Shutterstock

L'abus sexuel désigne toute contrainte (physique, psychologique ou visuelle) ou contact physique d'une personne sur une autre personne (enfant adolescent ou adulte), en vue de satisfaire une stimulation sexuelle. La violence n'est pas une condition obligatoire pour qu'il y ait abus sexuel.

L'inceste est une circonstance aggravante, l'abuseur ayant un lien de parenté ou d'autorité sur sa victime. La loi de février 2010 a enfin permis l'insertion de l'inceste dans le code pénal.

En France, aucune étude n'a été faite pour connaitre le nombre de victimes d'inceste et d'abus sexuels. Mais des études réalisées dans d'autres pays montrent que l'inceste est un fléau qui touche beaucoup de personnes.

Quelques chiffres: (extraits du manifeste AIVI en 2004)

- Avant 18 ans, près de 20% des femmes et 7% des hommes auront été victimes d'abus, chiffres multipliés par 3 pour les personnes handicapées.
- 45% des victimes sont des enfants de moins de 9 ans.
- 98% des agresseurs sont des hommes, et dans plus de 70% des cas, la victime connait bien son agresseur.
- 50% des victimes appartiennent à des familles touchées par l'alcoolisme.
- Environ 50% des victimes vivent dans le déni, et les souvenirs ne reviennent que plusieurs années après, parfois des dizaines d'années plus tard.
90% des cas ne sont pas déclarés à la justice.

D'autres chiffres extraits de différentes études :
- 50% des victimes ont une mère qui a elle-même été victime d'abus sexuels dans son enfance.
- 30% des abuseurs ont été abusés dans leur enfance.


Comment reconnaitre un enfant victime d'abus sexuels ?


Certains enfants ne montrent aucun symptôme, il est donc très difficile dans ce cas de reconnaitre un enfant victime. Cependant dans la plupart des cas, l'entourage peut noter des comportements pouvant faire craindre un abus :

- L'enfant souffre de douleurs ou de rougeurs au niveau des organes génitaux
- Troubles de l'alimentation
- Agitation inhabituelle
- Changement soudain du comportement
- Repli sur lui-même
- Agressivité
- L'enfant pleure beaucoup sans raison apparente ou au contraire ne montre aucune émotion
- Peur de rester seul avec une personne en particulier
- Encoprésie (refus d'aller à la selle)
- Activité sexuelle précoce
- Maux de ventre sans raisons médicales

La loi oblige toute personne à signaler un enfant lorsqu'on soupçonne que celui-ci est victime de violences. Pourtant, le sondage IPSOS 2009 fait par AIVI a révélé que plus de la moitié des français ne savent pas réagir en cas de maltraitance et que 30% des français seulement respecteraient cette loi.

Les conséquences de l'inceste

La liste est longue, et les conséquences dépendent de chaque personne. En voici les principales :

- Troubles du sommeil (insomnies, cauchemars)
- Troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie...)
- Automutilation, tentatives de suicide, dépression
- Fugues
- Délinquance
- Prostitution, toxicomanie
- Maladie musculaires(fybromyalgie, problèmes de dos...)
- Difficultés à faire confiance
- Problèmes génitaux, sexualité difficile.
- Sentiment d'abandon
- Phobies ( du noir, de l'eau...)

La difficulté de parler

Il peut se passer des années avant que la victime ne réussisse à parler de ce qu'elle vit. Les raisons sont multiples
:
- La peur de faire éclater la famille
- La culpabilité
- Le fait que la personne mette du temps à comprendre qu'elle a été abusée
- Dans le cas d'un enfant, il n'est pas rare que l'abuseur lui fasse croire que ce qu'il fait est normal
- La honte
- La victime craint de ne pas être crue par son entourage

Un enfant ou un adulte qui parle sait qu'il risque de perdre sa famille et qu'il est fort probable qu'on lui demande de ne pas faire de scandale.

Il y a de forts risques également que son entourage nie ou préfère prendre la défense de l'abuseur. La victime aura donc besoin d'un entourage familial et professionnel solide pour l'aider à surmonter cette étape très difficile.

Le déni

Beaucoup de victimes préfèrent"oublier" les abus dont elles ont été victimes en pensant qu'elles réussiront à vivre avec. Mais les évènements sont simplement refoulés dans l'inconscient et ont des conséquences sur la victime, qui a souvent tendance à ne pas comprendre pourquoi elle va mal. Malheureusement ce déni est un obstacle à la guérison.

Vers la guérison

Les souvenirs remontent souvent à l'occasion d'un évènement important : mariage, naissance d'un enfant, décès de l'abuseur ou d'une personne proche, le fait que les propres enfants de la victime atteignent l'âge qu'elle avait lors des abus, le fait de se retrouver sur les lieux de l'agression ou de revoir son agresseur...

Parfois, les souvenirs reviennent lors d'une thérapie. Il n'est pas rare que des personnes consultent car elles ne comprennent pas les raisons de leur mal-être, de leurs colères refoulées.

La thérapie les aidera à revenir sur ce passé et à le nommer pour pouvoir enfin libérer les émotions si longtemps refoulées.
Certaines victimes mettront du temps à admettre que les abus sont la cause de leur mal-être, et qu'elles ne sont pas coupables. Elles devront d'abord admettre qu'elles ont été victimes avant de pouvoir s'en sortir.

Parler est l'un des premiers pas vers la guérison, mais le chemin est long avant de pouvoir vivre sans le poids du passé.

J'ai choisi d'écrire cet article dans la section 3-11 ans, mais les victimes d'abus et d'inceste sont parfois beaucoup plus jeunes, et l'abus continue souvent bien après l'âge de 11 ans, parfois même jusqu'à l'âge adulte.

La chose la plus importante étant que la victime lorsqu'elle parle et quel que soit son âge, puisse avoir une écoute sans jugement pour pouvoir continuer son chemin thérapeutique vers la guérison sans aucune culpabilité.

Pour signaler un enfant en danger, un numéro de téléphone: le 119


Articles similaires :
- L'allergie alimentaire de ma fille
- Quelles questions poser à sa sage-femme ?
- Mon bébé s'étouffe, que faire?
- De la semoule dans le bac a sable
- Un an et demi... Presque.
Questions similaires :
- C'est une belle fin de journée d'apprendre la naissance d'un bébé ,
- Encore une drôle d'histoire ces 2 fillettes restées seules chez elles pendant l'absence de leur mère et qui
- Donnez vous des corvées a vos enfants?
- Petite confidence
- Pourriez vous aimez de la meme maniere votre enfant et celui de votre compagnon?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Babeillea Publié le 05-12-2010
Voir la fiche de Babeillea
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles