Sexo & Love - J'ai pris mon courage à deux mains... je l'ai quitté

Agrandir l'image - Renaissance © Shutterstock
Renaissance © Shutterstock
Renaissance
© Shutterstock

Mon histoire a duré 7 ans, ma vie est devenue un enfer.

Il a d'abord instauré le modèle habituel : "L'homme travaille, la femme s'occupe du foyer et des enfants". Puis, pas le droit de passer le permis. Ensuite, pas de jupe pour sortir. Pas d'amis autre que les siens...

Il m'a rendue petit à petit complètement dépendante de lui.
Etant dépendante, je devais subir les réflexions sur ma qualité de femme, que ce soit physique ou intellectuel, mais également ses jalousies et humiliations quand nous nous promenions en public. Je ne peux entrer dans les détails.

Aujourd'hui, chaque détail dont je me rappelle me met face au conditionnement subi durant ces 7 longues années, conditionnement dont je ne suis pas encore sortie.

J'étais tellement seule, isolée et confuse, je suis tombée dans un grand trou noir. Tous mes sentiments étaient si mélangés que je n'étais plus capable de les séparer. J'étais emprisonnée dans une spirale de peur, cette peur qui m'a paralysée et m'a rendue totalement aveugle et passive.

Tout désir en moi avait disparu ! Je m'accrochais à n'importe quel mot ou geste gentil de lui en me disant qu'il m'aimait quand même, que ce n'était pas si grave, que c'était juste un passage, que c'était de ma faute, que je devais l'aimer encore plus, essayer encore mieux de comprendre ses besoins...

Je ne voyais pas le danger dans lequel je me trouvais réellement, ni le besoin de me protéger correctement, parce que j'étais déjà morte sur le plan sentimental, et j'avais quelque part accepté de ne plus exister. Je ne voyais aucune solution pour sortir de ce néant.

Moi, je n'existais plus, je ne vivais plus, je survivais seulement. Petit à petit, je suis devenue une morte vivante. Je mettais toute mon énergie à essayer de continuer à fonctionner, comme une sorte de robot, bien programmé, sans émotion.
Je mettais toute mon énergie à garder la plus grande distance avec mes sentiments ainsi qu'avec les autres personnes à l'extérieur.

J'avais tellement honte de moi que j'étais devenue spécialiste à tout cacher, à garder tout secret, à ne pas me confronter avec la réalité de ma situation qui n'était plus acceptable.

J'étais devenue experte à excuser le comportement de mon conjoint, ses excès d'alcool, sa colère, sa violence verbale parfois même ses coups... J'étais devenue experte à me culpabiliser et à prendre sur moi la responsabilité de son comportement. Tout était à cause de moi !

J'étais devenue une championne d'échecs à penser en avance, comment tout faire au mieux pour lui, comment ne pas l'irriter, comment éviter une explosion ou une confrontation. Mon cerveau était si préoccupé par ces questions, 24 heures sur 24, jour et nuit, que je ne me posais plus la question de pourquoi ma vie était devenue un enfer ! J'ai totalement oublié de me dire "Ce n'est pas normal, je ne dois pas accepter d'être traitée comme ça !"

Qui aurait pu me comprendre alors que je n'arrivais pas me comprendre moi-même ? Qui aurait pu m'écouter, sans me juger ou me culpabiliser ?

Ma première libération aurait été d'oser parler avec quelqu'un pour prendre et créer une distance, mais avec qui ?
Ma deuxième libération aurait été de partir, de me mettre en sécurité, mais pour aller où ?
Ma troisième libération, de me donner du temps pour réfléchir en tranquillité, mais comment ?

Dix jours avant Noël en 2010, je décidais d'en finir avec cette souffrance physique mais surtout psychologique...
J'avalai donc deux boites de Valium et pris quelques cachets de Méthadone, son traitement de substitution...

Il n'appela pas les pompiers, ne me laissa aucun répit, me fit vomir et vomir puis dormir et cela pendant dix jours...

A Noël, le cauchemar empira, il m'offrit une bague de mariage, il allait sceller à jamais ma souffrance à sa dictature. Je ne pouvais refuser, j'avais peur et personne à qui me confier,
j'ai accepté.

Ce qui m'a sauvée de ce mariage, c'est qu'il se prenait les pieds dans ses belles paroles et sa passivité quotidienne fit traîner nos vœux et l'organisation de ce mariage.

Le 19 juillet 2011, j'ai mis fin à mon calvaire, j'ai pris mes filles, quelques affaires et je suis partie sans me retourner.
C'est toujours l'enfer pour moi aujourd'hui, je suis hébergée, je n'ai pas le permis, pas de travail, très peu d'amis mais je n'ai plus de compte à rendre, et enfin je souris !

Le chemin vers le bonheur est encore long. Il me harcèle toujours, cherche à me culpabiliser, à me détruire mais je lutte. J'ai envie d'y croire et puis je me dis qu'il ne lui reste que ses mots pour assouvir sa colère.


Articles similaires :
- Le réveil - Confidence pour confidence
- Orgasme féminin, est-ce indispensable ?
- Comment s'occuper quand notre chéri nous manque ?
- 5 bons prétexte pour le revoir
- Speed dancing : rencontrez l'amour en dansant
Questions similaires :
- Cela vous est-il arrivé ?
- Que faite vous pour montrer à un homme que vous avez envi de lui ?
- Vous êtes dans un pub, et vous voyez un homme (ou une femme) qui vous plaît, que faites-vous ?
- Que signifie baiser en pincette?
- Un grand écart d'age entre homme et femme,cela vous choque ils?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Heart_breaker Publié le 11-01-2012
Voir la fiche de Heart_breaker
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : ming25 Le 24-01-2014 à 19:02
Ce que Heart_breaker ne dit pas c'est qu'elle est partie pour venir chez la maman de son ami et qu'elle y est restée plus de 9 mois nourrie et logée avec ses 2 filles gratuitement ...(elle savait pertinemment qu'elle serait à mème de le rencontrer ).....

Il a d'abord instauré le modèle habituel : "L'homme travaille, la femme s'occupe du foyer et des enfants".là c'est elle qui parle ....je passais très souvent chez eux ,et le ménage n'était vraiment pas son fort ,j'en ai eu la preuve lorsqu'elle est venue habiter chez moi ....ce qui intéresse Heart_breaker c'est Internet et les rencontres qu'elle peut y faire .

Quant à cette soi disant bague de mariage (pour elle) ce n'était simplement qu'un cadeau de Noel .Et c'est elle qui le demandait en mariage et pas l'inverse .

Je me mêle très rarement des histoires de couples de mes enfants,mais j'estime qu'il y a des bornes à ne pas dépasser ......

Moi je connais le personnage c'est pourquoi je peux répondre à cette lettre qui est un véritable ramassis de mensonges .....et dire que je la prenais comme ma fille ,je suis tombée de très haut ...elle a fait beaucoup de mal et elle en fait encore aujourd'hui.

Ecrit par : SOLEIL13 Le 28-08-2012 à 14:57
Autobiographie ou pas ?

Ecrit par : eloloanna Le 16-02-2012 à 21:09
Tu as eu mille fois raison de faire cela, et je salut ton courage ! C'est vrai que tant que l'on reste aveugle à ce qui est autour de nous réellement, on ne peut partir. Et la peur du vide, enfin, celle de se retrouver seule et désemparée sans lui empêche la moindre action. Mais bravo, d'avoir eu le courage de te libérer !
Mais je me demande, tes parents n'ont rien fait en voyant ta situation, ou tes amis, je veux dire, ceux que tu avais au départ ?

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles