Sexo & Love - La fille sans imagination - Chapitre Premier

Agrandir l'image - La fille sans imagination © Shutterstock
La fille sans imagination © Shutterstock
La fille sans imagination
© Shutterstock

Marion avait toujours été bonne élève. École, collège puis lycée, ses notes la plaçaient invariablement en tête de ses petits camarades et elle provoquait l'admiration de ses professeurs en restituant leurs cours au mot près.
Elle était curieuse et apprenait vite.

La petite Marion grandit et devint une jeune femme posée et sérieuse; elle était simple et enjouée quoique ses compagnons d'études la trouvaient quelque peu distante.
Suzanne s'était orientée vers un cursus littéraire sans réelle motivation, elle n'avait pas trouvé sa voie et n'imaginait pas quel métier pourrait par la suite lui correspondre.

Ce manque d'imagination chagrinait ses professeurs qui ne pouvaient rien reprocher à la qualité de son travail d'étudiante à part cette platitude lassante.

Marion s'ouvrit aux choses du sexe à dix-neuf ans en prenant comme amant celui qui s'asseyait depuis le début d'année sur le strapontin voisin au sien.
Romain lui avait proposé un soir de la raccompagner, ils avaient discuté de choses et d'autres tout le long du chemin et elle l'avait fait rentrer chez elle comme pour poursuivre leur conversation. Après lui avoir proposer de s'asseoir sur son canapé elle lui tendit une bière. Il saisit son poignet puis lui agrippa fermement les hanches et l'attira à lui.

Caressant d'une main les cheveux de la jeune fille assise à califourchon il l'embrassa en un mélange de timidité et de rudesse. Marion lui rendit son baiser goûtant cette salive étrangère et cette langue qui la caressait. Elle sentit son ventre durcir et ne réagit pas quand Romain dégagea de sa main libre son sexe en érection.
Elle sentit ce sexe la pénétrer et sut malgré la fine douleur du dépucelage qu'elle aimait et aimerait toujours le sexe.

Durant les semaines qui suivirent Marion écarta souvent les jambes pour Romain, elle baisa et lécha goulûment son sexe dressé et lui présentait souvent et sans fausse pudeur ses fesses pour qu'il puisse pénétrer son petit trou; l'appréhension et la sourde douleur qu'elle ressentait quand le gland de son amant forçait le barrage lui rappelait sa première fois et ajoutait à son excitation.
Marion était curieuse de tout et acceptait les désirs de son partenaire avec une inaliénable bonne grâce, il la prenait parfois sans même lui adresser un mot ou un regard ou lui demandait parfois au contraire de lui dire les mots les plus tendres.

Une après-midi de repos où le seul programme prévu était de profiter des heures durant l'un de l'autre, alors que Romain caressait négligemment le sexe de la jeune femme, passant parfois un doigt au plus profond d'elle il lui glissa à l'oreille "Marion, petite Marion, Marion chérie, comment veux-tu que je te fasse plaisir?".

Il n'eut comme réponse que le regard clair de Marion et un baiser et ne reposa pas la question, il enfonçait déjà sa tige en elle et n'entendait plus rien.

La question ne lui sortait plus de l'esprit. Pourquoi avait-il demandé ça ? Pourquoi lui confiait-il les rênes? Romain pressait fermement ses seins au creux de ses mains et serrait ses tétons durcis entre ses doigts. Quand elle croyait ne plus pouvoir supporter cette sensation qui tendait son corps comme un arc et gémissait sourdement il lui écartait alors les cuisses. Marion se cambrait tandis que son amant lui donnait du plaisir d'une langue experte. Quel plaisir supplémentaire les fantasmes pouvaient ajouter à ses orgasmes? A quoi ressemblaient-ils?

La petite fille sans imagination était devenue une jeune femme sans fantasme.

Marion était curieuse et apprenait vite. Elle se promit d'éclaircir ce mystère, si elle n'avait pas d'imagination, elle se servirait de celle des autres. Elle se tourna vers Romain pour lui demander "les gens, que cherchent-ils? Quels sont leurs fantasmes?".

Le premier fut facile à réaliser.
Faire du sexe dans un lieu insolite, à l'extérieur pour ressentir la peur de l'interdit et celle d'être découvert était le fantasme le plus populaire.

Un soir, sortant du cinéma, Romain pris la main de Marion et lui montra son excitation en lui faisant sentir son érection à travers le tissu de son pantalon. Ils suivirent le flot des spectateurs qui se dirigeaient vers le parking souterrain pour récupérer leurs voitures et rentrer chez eux. Dans le sombre sous-sol, à peine cachés dans l'ombre d'un recoin, ils commencèrent à se caresser.
Marion ne portait rien sous sa robe et les doigts de Romain remontèrent le long de sa cuisse pour enfin caresser son sexe et jouer doucement avec son petit bouton.
Les gens passaient près d'eux sans voir leur jeu coquin et l'excitation de Marion allait crescendo, elle sentait le plaisir monter en elle et regardait aller et venir ces personnes qui ne les voyaient pas.
Romain fit glisser la bretelle de sa robe pour sortir les globes parfaits de ses seins et se mit à lui sucer lentement les tétons. Marion aurait voulu qu'il la prenne sur-le-champ et tout son corps voulait sentir les coups secs de sa verge en elle.
Les gens n'avaient toujours pas conscience de leur présence et Marion poussant le jeu un peu plus loin se mit à soupirer de plaisir bruyamment.
Une tête se tournait parfois alors dans leur direction, les femmes détournaient bien vite le regard mais un sourire flottait sur leurs lèvres tandis que les hommes se permettaient plus de curiosité ou d'insistance.
Romain, toujours silencieux, ouvrit son pantalon et guida la main de Marion jusqu'à son sexe tendu à l'extrême.
Après quelques va-et-vient il lui fit comprendre toujours sans un mot qu'il attendait plus d'elle, pressant une main sur l'épaule de Marion il la fit se mettre à genoux devant lui.
Le sol du parking était froid, Marion prit la verge d'une main et excita son amant un peu plus par de petits coups de langue.
Et gardait un œil sur le passage des badauds cherchant leur voiture et quand l'un deux s'arrêtant pour les observer elle n'eut pas une seconde l'envie de se cacher.
L'homme avait garé sa voiture tout près, juste en face d'eux et les fixait sans aucune gène. Marion gardait les yeux levés et lui rendait son regard, aucune pudeur ne la retenait et elle semblait lui dire qu'elle lui offrait le spectacle.

Romain, longuement sucé par sa partenaire, ne pourrait bientôt plus se retenir, il la fit se relever rapidement et la plaqua brutalement contre le capot d'une voiture.
L'homme face à elle était rentré dans sa voiture, Marion ne pouvait plus le voir mais elle le devinait s'excitant seul à la vue de ce couple qui s'offrait à lui.

Elle regardait toujours dans sa direction tandis que Romain relevait sa robe, palpait et écartait ses fesses. D’une pression sur son dos il la pencha un peu plus, Marion lui tournait le dos et le ventre posé sur le capot, offrait à Romain sa croupe.
Sentir les doigts de son amant glisser entre ses fesses pour atteindre son sexe la faisait se cambrer un peu plus, des vagues de plaisir lui donnaient des frissons. Elle non plus ne pourrait plus contenir bien longtemps la montée de son orgasme et plaquait ses fesses comme une invitation contre la tige de son amant.

Romain la repoussa un court instant le temps pour lui de lui arracher rapidement la robe qui de toutes façons ne couvrait plus rien du corps de la jeune femme et souffla "Il profitera encore mieux de la vue".
Romain avait vu l'homme, depuis le début il était conscient d'offrir Marion à un autre, s'excitant un peu plus de partager sa maîtresse. Satisfait de la surprise de la jeune femme il la pénétra d'un coup, tenant ses fesses fermement écartées et enfilant toute la longueur de sa verge. Ils jouirent presque immédiatement et restèrent quelques instants immobiles, enivrés du plaisir qu'ils avaient pris.

Romain se redressa le premier, referma son pantalon.
Marion, nue et frissonnante, tendait le bras vers sa robe quand Romain lui fit signe que non et la repoussa sur le capot.
Il jeta un regard par-dessus l'épaule de Marion qui suivit son regard, la portière de la voiture venait de claquer et l'homme qui les avait observés s'approchait d'eux d'un pas rapide.

Le spectateur avait visiblement en tête de devenir acteur. Marion, la fille sans fantasme, avait trouvé sa voie, elle assouvirait ceux des autres pour les partager et se les approprier.

Un sourire éclairait son visage quand elle vit l'homme baisser sa braguette.


Articles similaires :
- Les bouquets de fleurs des mariées
- L'interdit - Troisième Partie
- Quand la BD s'anime...
- Femme fontaine : pourquoi ça ne coule pas de source ?
- Rencontre avec un inconnu
Questions similaires :
- Utilisez vous
- Mon mari est exceptionnel ! Et vous ?
- Pourquoi quand je fait une penetration aussitot je joui
- Votre mari cache t'il sa vraie personnalité quand il es avec d'autres pesonnes que vous?
- Que recherchez vous dans les discutions ?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Blairote Publié le 05-11-2008
Voir la fiche de Blairote
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : blairote Le 15-11-2008 à 19:53
Là :

http://www.elleraconte.com/article-fille-sans-imagination-chapitre-deux-a_7574_0_0.html

:o)

Ecrit par : nomichan Le 15-11-2008 à 17:08
C'est...comment dire...elle est où la suite ?!

Ecrit par : blairote Le 12-11-2008 à 23:45
Suzanne, y a plus Suzanne c'est Marion :oP
Spéciale dédicace :o))

Ecrit par : Marie Barnabé (Cawkette) Le 12-11-2008 à 23:11
Que vient faire suzanne dans cette histoire lol !

Ecrit par : Marie Barnabé (Cawkette) Le 12-11-2008 à 23:10
Marion la fille sans imagination !!!! je pleure ! lol !

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles