Maman - Le congé pathologique

Agrandir l'image - Le congé pathologique © Shutterstock
Le congé pathologique © Shutterstock
Le congé pathologique
© Shutterstock

Mais qu'est ce que c'est exactement ?


Bien différent du congé de maternité, il est pourtant souvent confondu avec celui-ci. Une prescription médicale est obligatoire pour en bénéficier.

Le médecin ne peut le préconiser que si la cause de l'arrêt résulte du fait d'être enceinte. Ce congé pathologique peut vous être prescrit dès le début de la grossesse. Il peut intervenir avant ou après le congé de maternité.

Au final, il vous permet de prendre deux semaines supplémentaires pour le congé prénatal et quatre semaines de plus pour le congé postnatal : à ce moment-là on l'appelle congé pour suites de couches pathologiques.

Attention, la durée de votre congé pathologique prénatal ne pourra pas être reportée sur le congé postnatal.


J'y ai droit si :

Vous avez un problème pendant votre grossesse (par exemple hypertension, diabète, col ouvert, repos au lit obligatoire) ou bien encore suite à votre accouchement (césarienne, complications, baby-blues ou autres).

Ne confondez pas ces ennuis de parcours avec l'allaitement, qui n'est pas considéré comme un motif suffisant pour prescrire ce congé. Ce n'est pas une pathologie, juste une forme d'éducation propre à chacun.

Vous aurez cependant droit à des autorisations d'absence d'une heure par jour (ce qui s'avère avantageux si par chance votre entreprise possède sa propre crèche), à des aménagements d'horaires, ainsi qu'à un congé parental d'un jour par an renouvelable deux fois selon votre convention collective.


Et mon salaire ?

C'est la Sécurité sociale qui prend en charge le versement de vos indemnités : pour le congé pris avant la naissance, c'est la même chose que pour le congé de maternité, la sécu prend tout en charge à 100 %.

En revanche pour le congé de suites de couches pathologiques, vous relevez du même statut qu'en cas d'arrêt maladie, donc vous touchez via la Sécurité sociale 50 % de votre revenu journalier de base.

Ne comptez plus trop sur les arrêts de complaisance, la Sécu devient intraitable là-dessus et les pénalités sont assez lourdes pour vous ainsi que pour votre médecin.


Le boss a-t-il voix au chapitre ?

Bonne question !

On le met déjà dans tous ses états en prenant un congé maternité, alors pensez-vous, comment il sera avec en plus un congé pathologique ?
On entend par avance son humour grinçant et sarcastique : "Ce n'est pas une maladie d'être enceinte."
Primo : en sait-il quelque chose le Monsieur ?!
Secundo : oui, cher Monsieur, dans certains cas, la grossesse et l'accouchement sont éprouvantes et peuvent s'avérer difficile physiquement et moralement.

Tout ça pour dire qu'un avis médical et une prescription supplantent les réflexions de toutes sortes.


Articles similaires :
- Petits pots : que mange mon enfant ?
- Les soins du cordon
- Le périnée, il faut en discuter
- Veiller à conserver une alimentation adaptée aux jeunes enfants malgré la crise
- Biologiste, botaniste, mon enfant est un chercheur en herbe(s) !
Questions similaires :
- Avez-vous eu envie de filmer ou filmer votre accouchement? Moi je me pose la question si je le fait?
- Le dt de visite de mon ex est samedi 10h/20h il veut prendre mon fils pdt les prochaines vac que dois je faire
- Quel a ete le premier mot de vos enfants?
- Peux-on être une bonne maman si l'on a pas grandi avec sa mère?
- Est ce qu'accoucher est vraiment douloureux?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Madmagattitude Publié le 04-04-2010
Voir la fiche de Madmagattitude
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles