Bien-être & Forme - Le mal de dos au travail

Agrandir l'image - Mal de dos © Shutterstock
Le mal de dos au travail
Mal de dos
© Shutterstock

Le mal de dos est particulièrement gênant dans certaines activités professionnelles : il peut entraîner des arrêts de travail, un handicap et être à l'origine de difficultés, voire de conflits dans le milieu professionnel.

Dans certains pays, notamment en Amérique du Nord, on va jusqu'à considérer que le mal de dos est un problème socio-professionnel plus que médical.

Certains métiers sont-ils responsables d’un mal de dos ?
Oui, quand ils imposent des postures anormales de travail comme avoir le dos courbé ou des efforts très importants, prolongés et sans période de repos. Le mal de dos résulte alors souvent d'un surmenage musculaire. Chez les hommes, ce sont principalement les conducteurs d'engins vibrants, les manutentionnaires, les déménageurs mais également les agriculteurs, les dentistes qui sont concernés. Chez les femmes, ce sont les secrétaires, les couturières...
Comment faire face au mal de dos au travail ?
Dans la vie professionnelle, des attitudes et démarches devraient devenir de véritables réflexes pour garder un dos en bon état ou ne pas aggraver son état.

On peut ainsi conseiller de :

- plier les jambes en gardant le dos droit pour soulever une charge,
- répartir équitablement le poids des charges des deux côtés,
- entrecouper une station assise prolongée en marchant ou debout prolongée en s'étirant,
- ne pratiquer aucun sport intensif sans entraînement ou échauffement,
- éviter l'utilisation de tables ou de plans de travail trop bas,
- préférer des chaises et des fauteuils confortables, une literie ferme,
- choisir de préférence un mobilier ou des ustensiles ergonomiques, c'est-à-dire adaptés à l'individu et à ses tâches (évier, table de repassage à bonne hauteur, aspirateur manche long, ...),
- adopter une position de conduite automobile confortable, en privilégiant les sièges épousant le corps, avec appui complet de la colonne vertébrale contre le dossier. Pour les conducteurs professionnels, le bon fonctionnement des amortisseurs est primordial car ils permettent d'absorber au maximum les secousses et les vibrations. Pour certains, l'usage de « systèmes boules » équipant leur siège est également bénéfique grâce leur effet massant et décontracturant sur les muscles de la colonne vertébrale.

La monotonie du travail est également associée à une augmentation du mal de dos chez les personnes qui ont des tâches répétitives, des activités répétées non valorisantes. Par ailleurs, le stress au travail se traduisant par des épisodes de nervosité, de troubles du sommeil et d'anxiété s'associe aussi la survenue du mal de dos.
Quand le mal de dos peut-il être considéré comme une maladie professionnelle ?
Une maladie professionnelle est définie par une maladie ayant pour origine les conditions de travail, la déclaration est à faire par le patient, accompagné d'un certificat médical. Ce n'est que dans des circonstances professionnelles bien spécifiques que le mal de dos peut être considéré comme une maladie professionnelle. Tous les travailleurs se plaignant du dos ne peuvent y prétendre.

Depuis 1999, seuls les travailleurs exposés aux vibrations transmises au corps entier (chauffeurs de poids lourds, de tracteurs, de pelleteuses, ...) ou soumis au port de lourdes charges (déménageurs, manutentionnaires, ...) peuvent demander à ce que leur mal de dos soit reconnu comme maladie professionnelle. Ils doivent cependant répondre aux conditions suivantes :

- mal de dos lié a une hernie discale a l'origine d'une sciatique ou d'une cruralgie (atteinte du nerf crural),
- durée d'exposition professionnelle de 5 ans au minimum,
- délai de prise en charge de 6 mois au maximum entre la fin de l'exposition au risque et la première consultation.
Quelle est la différence avec un accident de travail ?
Un accident du travail est défini par tout accident survenu, quelle qu'en soit la cause, par le fait ou à l'occasion du travail, pendant les activités professionnelles ou les déplacements en rapport avec le travail. Il faut prévenir l'employeur dans les 24 heures suivant l'accident, qui déclarera ensuite cet accident dans les 48 heures à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie.
Connaître à bon escient les autres avantages sociaux auxquels on peut prétendre dans certaines conditions : invalidité, reclassement professionnel...
Le mal de dos peut empêcher la reprise du travail ou imposer un changement de fonction, contribuer à perturber sérieusement la vie affective ou sociale. Il peut être également source d'invalidité dans la vie courante, avec impossibilité de porter des charges, de faire de longs trajets en voiture. Bien souvent, un suivi médical régulier sera utile. Pour apprécier le handicap lié au mal de dos, les médecins, en s'aidant de questionnaires et d'outils comme l'appréciation de l'intensité de la douleur sur une échelle de 1 à 10, vont évaluer les caractéristiques de la douleur et son retentissement sur le travail, les loisirs ou la vie au quotidien et donc la gêne entraînée.

Un examen clinique sera pratiqué, appréciant l'état général, le fonctionnement des articulations et des nerfs. Préalablement, un interrogatoire orienté évaluera les problèmes psychologiques, professionnels et personnels existants et susceptibles d'intervenir dans l'absence d'amélioration du soulagement de la douleur. Des examens radiologiques pourront éventuellement être demandés pour compléter le bilan déjà pratiqué, comme une IRM par exemple notamment lorsque la reprise d'une activité professionnelle est compromise ou qu'une intervention chirurgicale est envisagée.

A noter, que les examens ne permettent pas de prédire l'évolution du mal de dos mais contribuent à évaluer son retentissement anatomique. Le degré d'invalidité estimé à partir de ces critères n'est pas définitif. Il pourra être réévalué en cas de changements, d'apparition de complications comme par exemple la survenue d'une fracture.

Un reclassement professionnel peut être envisagé, de préférence après avoir essayé différents aménagements dans le travail et suivi une formation complémentaire. Ce n'est pas forcément en changeant de métier que vos douleurs du dos vont disparaître ! Parfois, il est préférable d'essayer de vivre avec son mal de dos, de continuer son activité professionnelle et se faire aider par votre médecin qui pourra éventuellement vous proposer un programme de reconditionnement à l'effort. Si les activités professionnelles deviennent impossibles, même après reclassement dans l'entreprise, le patient sera licencié pour inaptitude au poste de travail. Il peut alors demander de bénéficier du statut de travailleur handicapé, auprès de la COTOREP, qui va alors proposer des mesures d'aide à la réinsertion.
Qu’est ce que la prise en charge à 100 % ?
Avec l'aide de votre médecin, une demande de prise en charge à 100 % pourra être demandée. Si elle est acceptée, cela ne veut pas dire que tout sera payé par la sécurité sociale ! Elle remboursera les actes selon un tarif établi, le supplément étant a votre charge ou à celle de votre mutuelle.

Articles similaires :
- Faut-il vraiment boire 1,5 L d'eau par jour ?
- Pourquoi faire une sieste ?
- Massage aux pierres chaudes
- Six bienfaits de la pomme de terre
- Masque capilllaire bio à l'Aloe Vera pour cheveux secs
Questions similaires :
- Que pensez-vous du régime sans effort ?
- Savez-vous que les fumeurs ont un qi inférieur de 7,5 points par rapport aux non-fumeurs !
- A votre sortie de bain ou douche c'est serviette ou peignoir?
- Votre douche vous l'aimez comment?
- Sortez vous beaucoup le week end ,
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Meuh78 Publié le 06-07-2009
Voir la fiche de Meuh78
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles