Sexo & Love - Le speed-dating ne mène nulle part

Agrandir l'image - Le speed-dating © Shutterstock
Le speed-dating © Shutterstock
Le speed-dating
© Shutterstock

« Pour moi, il n’y a pas trente-six façons de faire l’amour. » Ca démarrait sur les chapeaux de roues. Emma s’était laissée traîner par une amie dans une soirée de speed-dating et le regrettait déjà.

Dix minutes pour raconter sa vie et se faire une idée de son partenaire. Depuis une heure elle écoutait des hommes décrire leurs réussites matérielles et leurs prouesses sexuelles ou au contraire faire le tableau d’une vie de ratages successifs. Les premiers considéraient ce système comme un bon moyen de faire des conquêtes à moindre effort, les seconds s’y raccrochaient pathétiquement comme à une bouée de sauvetage. Emma n’était pas loin de craquer et de prendre ses jambes à son cou mais elle n’aurait pas fuit très loin ; Son amie devait la raccompagner en voiture et elle habitait trop loin pour rentrer à pied, juchée sur ses talons.

Elle écoutait donc d’une oreille distraite cet homme lui étaler ces convictions sur la bonne méthode pour satisfaire une femme, en grognant quelques syllabes quand elle sentait qu’on voulait son avis. Pour s’occuper elle regardait autour d’elle et admirait la décoration de cet hôtel luxueux dont le lounge avait été loué pour l’occasion. Elle se demanda encore ce qu’elle faisait là. Elle était jeune, à peine vingt-deux ans, et ne cherchait pas de relation… D’ailleurs elle était assez jolie pour avoir les hommes qu’elle voulait. Il lui aurait suffit de se mettre à ce bar, là, et elle n’aurait pas tardé à être abordée.

Avant même que le petit gong n’annonça la fin des dix minutes et le changement de partenaire, Emma se leva et alla droit au bar. Elle s’assit sur le velours cramoisi d’une haute chaise, croisa les jambes et plaqua dessus le tissu de sa jupe. Elle fit courir ses doigts sur la rampe de cuivre et sur l’acajou du bar et commanda un café.

Elle tournait le dos au bar et regardait la valse des hommes changeant de place et lancer dans sa tête des paris sur quel couple pourrait ou non fonctionner. Elle observa un peu plus précisément son amie qui riait à gorge déployée, c’était toujours comme ça quand un homme lui plaisait, il fallait qu’elle rie très fort. Emma reconnut en face de son amie l’homme qui ne connaissait qu’une bonne façon de faire l’amour et elle secoua la tête.

« Je trouve qu’ils vont plutôt bien ensemble, pas vous ? »
Emma rétorqua sans regarder son interlocuteur qu’au contraire ils n’avaient sûrement rien en commun. L’homme répondit qu’à son humble avis certaines personnes très dissemblables pouvaient se retrouver intimement liées, et partager beaucoup au-delà de leurs différences. Emma tourna la tête vers l’homme qui ne la laissa pas répondre et enchaîna en se présentant. Il était descendu à la capitale pour affaires, était client de l’hôtel et y passerait la semaine avant de repartir d’où il venait. Elle ne refusa pas le verre qu’il lui offrit.

Elle le regardait et le trouvait attirant. Il semblait très grand et avec ce réflexe des hommes de grande taille de se tenir légèrement voûté. Elle ne parvenait pas à lui donner un âge ; ses cheveux poivre et sel contrastaient avec sa silhouette mince et robuste à la fois. Toute à ses interrogations intérieures elle ne l’écoutait pas vraiment et ne résista pas plus longtemps à lui poser la question. Il avait cinquante-trois ans et à vrai dire, Emma lui en aurait donné facilement dix de moins. Elle n’avait jamais flirté avec un homme de cet âge. Elle songea que l’âge avait peu d’importance quand un homme vous plait et qu’on ne songe pas à faire sa vie avec, à bien y penser, cela pourrait même ajouter du piquant à une relation, un petit goût d’interdit. Emma sourit à l’homme en décroisant et recroisant les jambes, le tissu de sa jupe glissa et laissa voir un peu de sa cuisse. L’homme y posa le regard juste assez longtemps pour que la jeune femme comprenne qu’il n’était pas insensible.

Elle se leva en disant que son amie en aurait bien pour une heure encore, et qu’elle allait mourir d’ennui bien avant si elle ne trouvait pas à s’occuper. L’homme se leva à son tour, déplia sa haute silhouette et pressa une main dans le dos d’Emma pour la guider hors du bar.

Dans le grand hall d’entrée se trouvait un autre salon mais l’homme ne s’arrêta pas devant, quand Emma leva le regard vers lui il déclara qu’ils allaient dans sa chambre. Cette affirmation n’appelait aucun commentaire, aucune protestation. Il indiqua l’ascenseur à Emma et les portes se refermèrent sur eux.

L’ascenseur était exigu, on retrouvait sur les murs la même nuance rouge du bois d’acajou. Emma sentait le regard de l’homme sur elle, il la détaillait, la déshabillait du regard. Il s’approcha d’elle et caressa sa joue. Sa main descendit et ouvrit les boutons de son chemisier de soie. Ses doigts passèrent sous le tissu et frôlèrent la peau de la jeune femme qui se mordit la lèvre quand il passa un pouce sur son téton à peine protégé par la dentelle des ses dessous.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent au quatrième étage, le couloir était sombre et reprenait les mêmes tons chauds de l’acajou et du cuivre. L’homme guida la jeune femme sur quelques pas avant de la plaquer contre un mur, soufflant à son oreille qu’elle l’excitait il passa cette fois sa main sous sa jupe. Il caressait sa cuisse nue et l’embrassait avec fougue. Emma n’aurait jamais imaginé être excitée par les doigts et les baisers d’un homme inconnu dans un couloir d’hôtel et pourtant elle fermait les yeux et frémissait sous ses caresses. Ils entendirent une porte s’ouvrir et se remirent en marche, un homme les croisa et loucha sur le chemisier défait qu’Emma tenait d’une main.

Dans la chambre l’homme poussa Emma sur le lit et lui dit de se tourner. La jeune femme, à genoux, pivota pour lui tourner le dos. Elle sentit qu’il lui ramenait les bras dans le dos et sa respiration s’accéléra, elle réalisait soudain qu’elle avait suivi un homme dans sa chambre et qu’il pouvait lui arriver n’importe quoi. Ses craintes laissèrent place au plaisir des sens quand il la tira un peu en arrière et, sans qu’elle ne puisse se tourner pour le voir, il ouvrit tout à fait son chemisier.

Il écarta délicatement les pans de soie et prit dans sa main un sein qu’il palpa doucement et fermement à la fois. Il tira sur la dentelle de son soutien-gorge blanc pour atteindre son téton qu’il fit rouler entre ses doigts. Emma soupirait et ne regrettait plus du tout d’avoir suivi cet inconnu, il lui donnait du plaisir avec ses gestes doux, simples et experts.

Elle aurait voulu arracher ses vêtements et offrir à ses caresses tout son corps nu. Elle perçut qu’il était lui aussi sur le lit maintenant, derrière elle. Elle sentit qu’il posait un baiser sur son épaule. Il se colla à elle et elle sentit son sexe en érection frôler ses doigts. Elle le caressa sans le voir et entendit le souffle de l’homme s’accélérer à son tour. Il abandonna les seins de la jeune femme pour glisser ses doigts entre ses jambes, sous la dentelle de sa culotte. Elle sentit les doigts de l’homme entrer en elle, la caresser et l’excitation se fit plus forte encore. Emma sentait une chaleur l’envahir, elle sentait son sexe s’ouvrir et devenir plus humide encore. Elle voulait qu’il la prenne et elle lui dit.

L’homme la poussa et elle tomba à plat ventre, les bras encore maintenus dans son dos d’une main ferme. Sa jupe fut soulevée et sa culotte brusquement baissée et l’homme s’abattit sur elle. Sa verge dure et large écarta ses petites fesses serrées jusqu’à atteindre son sexe et s’y enfoncer d’un coup. Il tira sur les poignets d’Emma pour qu’elle se redresse avant de la pousser à nouveau de telle sorte qu’elle lui présente bien haut sa croupe et garde les épaules et le visage contre le lit. Il saisit la taille d’Emma et lui asséna de brusques et amples coups de rein.

Emma sentait ses fesses taper contre les hanches de l’homme et sentait son sexe allait et venir en elle-même. Elle jouit bien avant lui et savoura comme un dessert sucré les mouvements qu’il continua de faire en elle jusqu’à ce qu’il atteigne lui aussi la jouissance. Il caressa le dos de la jeune femme et frotta encore quelques instants son sexe entre ses fesses avant de s’allonger à côté d’Emma.

L’heure avait tourné et Emma devait aller retrouver son amie mais sa tête tournait encore au souvenir du plaisir éprouvé. Elle rassembla ses esprits, dans la salle d’eau elle se rafraîchit, se recoiffa rapidement. Sur le lit, l’homme s’était endormi et Emma se faufila sans un bruit hors de la chambre.

Quand elle retrouva son amie celle-ci lui exposa son amère déception, le speed-dating ça ne servait à rien, elle n’avait pas trouvé son prince charmant. Emma décida de garder pour elle son aventure et suivit son amie.


Articles similaires :
- Une expérience hors du commun
- Deux mondes parallèles
- Pourquoi passe t'on pour la copine parfaite les premiers jours ?
- La gourmandise : est-ce un vilain défaut ?
- Des oeufs qui vont vous émoustiller
Questions similaires :
- Croyer vous en l amitie d une femme et un homme
- Faut il mieux être moche et intelligente ou beau et bête?
- Est-ce qu'il y a des moments où vous aimeriez être amnésique ?
- Vous arrive-t-il de faire des cadeaux sans occasion précise ou au contraire vous en faites qu'en occasion ?
- Est ce que pour pouvoir continuer à voir votre ex, vous pourriez lui proposez un plan cul de tps en tps?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Blairote Publié le 12-01-2009
Voir la fiche de Blairote
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : Marie Barnabé (Cawkette) Le 30-01-2009 à 11:27
Han sans préservatif c'est pas bien ! lol !
mais j'adore ;)

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles