Sexo & Love - Ma folie de l'été

Agrandir l'image - Amour d'été © Shutterstock
Amour d'été © Shutterstock
Amour d'été
© Shutterstock

Après un hiver plus que froid, je me retrouvais enfin sur la plage du pacifique.

Mes vacances venaient à peine de commencer et déjà mon amie Marie faisait pression sur moi pour se trouver un copain. J’avalais une seconde gorgée de mon cocktail tout en me demandant comment les choses allaient tourner si je laissais la gestion de nos vacances à Marie.

Elle trépignait d’impatience car elle avait rencontré un homme sur Internet et qu’elle devait le rencontrer pour la première fois, en chair et en os, le soir même. J’étais inquiète pour elle car pour moi, Internet peut être un outil de rencontres dangereux. C’est vrai non ? Qui vous dit que le beau jeune homme en photo n’est pas le petit fils du vieux pervers à qui vous parlez ?

Je me méfie depuis toujours de ces rencontres, du coup me voilà embarquée dans un rendez vous galant où je tiendrai sans conteste la chandelle. Marie avait insisté pour que je me néglige, de peur que son prétendant n’en pince pour moi.

Moi je m’en fichais, le détraqué qu’il devait être ne m’intéressait pas le moins du monde. Cela dit pour éviter de vexer Marie, j’obéis sagement et mis un jean taille basse bleu pâle avec un débardeur noir, tandis qu’elle était vêtue d’une jolie robe courte en dentelle bleu marine.

Marie et moi, désolée je ne me suis pas présentée, moi c’est Claire, nous sommes toutes deux différentes à l’extrême ! Je suis grande, mince, bronzée et brune tandis que Marie est petite, blonde et grassouillette.

Je trouve que ses petites poignées d’amour sont charmantes, ça la rend sensuelle. Même si je comprends qu’elle jalouse mes longues jambes, moi c’est sa poitrine que je jalouse. J’ai des seins, pas petits mais pas gros non plus. J’ai toujours rêvé d’avoir une forte poitrine, hélas, mère nature en à décidé autrement !

"Bouges, on va être en retard !", ricana Marie
"- Si tu le dis", ripostai-je, car je ne marchais pas assez vite à son goût".
Peut-être était ce car je détestais les karaokés ou car je n’étais pas pressée de rencontrer son chevalier et de les voir s’embrasser toute la soirée, bref je dois avouer que je traînais la patte.

Arrivées devant le karaoké aux couleurs criardes, je soupirai et poussai la porte. Visiblement la photo du copain de Marie devait être exacte car elle se dirigea directement vers l’homme en blanc assis au comptoir.

Il était jeune, plus jeune que nous, il devait avoir 20 ans à tout casser alors que nous en avions bientôt 30. Elle se jeta dans ses bras, il semblait ravi de la rencontrer enfin, ils s’embrassèrent et je roulai des yeux en détournant le regard.

Les effusions de sentiments en public ce n’est pas mon truc et ça me met mal à l’aise.

J’entendis quelqu’un avancer derrière moi et je me retournai. Un autre homme, aussi jeune que le premier, s’immobilisa à coté de moi en les regardant.

"Et bien, moi qui croyais que je serais le seul à tenir la chandelle, je crois qu’on va en avoir un bon chacun".
- Vous êtes avec lui ?" demandai-je.
"Oui, je n’ai pas trop confiance dans les sites de rencontres, j’avais peur que la fameuse Marie ne soit en fait un homme".

Son sourire s’étira presque jusqu’aux oreilles, le rouge lui monta aux joues, il était diablement mignon. Il avait les cheveux courts noirs, coiffé en pétards, Il était en jeans et chemise décontractée comme moi tandis que les deux tourtereaux étaient en costume.

Comme il vit que je le détaillais, il en fit de même avec moi puis il me tendit la main.
"Je m’appelle Yann.
- Et moi Claire"
, dis-je en prenant sa main.

Un frisson qui partait du bas des reins jusque dans mon cou me fit trembler. Il avait les avants-bras musclés tout comme le reste de son corps, devinai-je.

Nous prîmes des cocktails et laissâmes nos deux amoureux tranquilles pour bavarder.

Il avait 22 ans et finissait à peine ses études. Ces vacances étaient pour fêter son diplôme et pour faire plaisir à son copain qui voulait partir dans le même lieu de vacances que Marie.

Nous rîmes, il était gentil et naïf, il s’imaginait déjà faisant le tour du monde grâce au boulot qu’il décrocherait bientôt, il s’imaginait devenir riche.

Bref il était jeune et encore innocent. J’appris qu’il vivait encore chez ses parents et qu’ils lui avaient offert une voiture dans laquelle il me proposa d’aller faire un tour. J’acceptai.

Nous roulâmes le long des dunes et nous arrêtâmes à côté d’un chemin de terre. Il m’entraîna par la main sur ce chemin qui débouchait sur une jolie plage isolée.

La nuit était tombée et seule la lune nous éclairait. J’avais envie de lui mais j’avais l’impression d’être beaucoup plus vieille que lui.

Il ne me laissa pas le temps de réfléchir. Il saisit mon visage entre ses deux mains et me donna un long et doux baiser. Cela ne me ressemblait pas d’aller aussi vite dans une relation mais mon cœur battait la chamade tant j’avais envie de faire l’amour avec lui.

Il se mit au dessus de moi, un bras de chaque côté de mon corps et commença à me donner des baisers tout le long du corps. Je cessai de lutter et le laissai faire. Tant pis pour ma morale, j’aurais le temps de me flageller plus tard.

Il défit la fermeture éclair de mon jean avec ses dents et le fit descendre à mes pieds. Il leva un sourcil interrogateur pour savoir s'il pouvait enlever ma culotte et j’acquiesçai.

Il commença alors à embrasser mon pubis, puis il augmenta les pressions de ses baisers jusqu’à ce que je cambre les reins pour lui réclamer plus encore. Je ne pus empêcher mes paroles de franchir mes lèvres.

"- Prends moi, maintenant !
- Comme tu voudras", répondit il avec un sourire narquois. Il était tellement attirant.

Je défis son pantalon à la hâte, enlevai son tee-shirt. Il paraissait encore plus musclé en boxer. Je passai mes doigts sur les reliefs de ses abdominaux et descendis son caleçon.

Ma surprise était de taille, si je puis l’expliquer ainsi. Il était très bien membré. Après avoir pris les précautions d’usage, je lui montai dessus, le chevauchant tandis que son sexe rentrait en moi.

Son pénis élargissait mon sexe pour se frayer un chemin jusqu’au fond. Je criai de plaisir et de douleur. Il me retourna pour se mettre au-dessus et je gardai mes jambes enroulées autour de son corps.

Tout en m’embrassant, il commença les vas et viens de plus en plus rapides. Puis une fois qu’il eut assez poussé pour arriver jusqu’au fond, il se colla et remua en moi.

Je sentis mon clitoris enfler sous la pression et tout l’intérieur de mon intimité crier douleur et plaisir mêlés. Il s’agita jusqu’à ce que je sente des frissons chauds me monter dans le ventre, signe avant coureur de l’orgasme imminent.

J’attrapai ses épaules et cambrai mes reins pour l’enfoncer toujours plus profondément en moi. Je jouis contre lui, me laissant aller au plaisir sans fin de ce moment. Il s’allongea sur moi et m’embrassa de partout.

Dans les jours qui suivirent, je le revis avec son ami et Marie. Il me regardait amoureusement. Je compris alors que ma petite folie de l’été allait peut être durer un peu plus longtemps !


Articles similaires :
- Pour les Européens, une femme doit d'abord avoir de l'humour et être cultivée
- Lui faire plaisir sans jeux de mains
- Nos excitantes vacances.
- L'interdit - Troisième Partie
- Le réveil - Confidence pour confidence
Questions similaires :
- A quel age votre premier rapport sexuel?
- Plus chaud encore, lol
- Etes-vous enfant unique ou êtes vous issue de famille nombreuse ?
- Ce sont les danois avec35,7mn a chaque fois,les français en 2eme position avec 34,5,les allemands avec30,1mn,
- Quand est ce que votre chéri est le plus beau?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Meya06 Publié le 18-07-2010
Voir la fiche de Meya06
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles