Maman - Ma grossesse a viré au drame

Agrandir l'image - Ma grossesse a viré au drame © Shutterstock
Ma grossesse a viré au drame © Shutterstock
Ma grossesse a viré au drame
© Shutterstock

Début juillet, j’aperçois un retard de règles, ni une ni deux, depuis le temps que l'on essayait d’avoir un enfant. Je vais de suite à la pharmacie, acheter un test de grossesse. Je demande quelques conseils à la pharmacienne qui me dit que je peux l’effectuer dès que je rentre. Toute pressée afin de savoir si mes inquiétudes sont bien les bonnes. Je l’effectue et je vois « enceinte 3+ ».

Pour confirmation, je vais chez le médecin, je lui montre, et là, il me dit : Dosage afin de voir si c’est bel et bien le cas. La prise de sang effectuée, je retourne avec les résultats, et là il me prescrit un tas d’analyses à faire : Groupe sanguin, Toxoplasmose. Je me réjouissais de faire ses examens car je savais qu’il y avait un petit bout en moi qui poussait.

Puis les premiers mois ont passés, et vient la date de la première échographie, le 25 août 2009, c’est à cet instant que tout a basculé, l’échographiste me dit qu’il a bel et bien une grossesse mais qu’elle s'est arrêtée, l’embryon n’est pas viable.

Tout mon monde rempli de joie s’évapore afin de laisser place à la tristesse et au désarroi. L’après midi, je suis allée aux urgences gynécologiques afin de programmer une entrée pour faire un curetage. Nous avons été mon ami et moi envoyés de services en services, une prise de sang effectuée, et le lendemain, je suis allée à la visite de l’anesthésiste.

Je suis donc rentrée le vendredi 30 août à 7 heures à l’hôpital. Les deux heures d’attente ont été longues, puis je suis partie au bloc, ou j’ai subi cet intervention le curetage aspiratif afin d’éliminer cette grossesse non viable. Je suis rentrée à mon domicile à 18 heures. Le personnel de l’hôpital a été très gentil et m’ont bien expliqué ce qu’il allait se passer.

Pourquoi ai-je fais cet article, tout simplement pour montrer aux personnes qu’il ne faut jamais se réjouir d’avance. Attendre que l’on vous confirme que tout va bien que ce soit pour vous ou pour le futur bébé. A force de s’attacher à un embryon qui n’est pas viable, on tombe de haut et on peut sombrer.

Pour ma part, j’ai été épaulé et bien soutenue et même si je me dis que je vais de mieux en mieux. Cette épreuve restera gravée en moi jusqu'à la fin de mes jours.


Articles similaires :
- Bien choisir une assistante maternelle : ce qu'il faut savoir
- Comment faire le juste milieu
- Comment gérer sa vie quotidienne pendant une grossesse?
- J'ai mis 10 ans pour faire le deuil de mon fils
- Location de jouets : une astuce plutôt astucieuse !
Questions similaires :
- Comment ne pas etre a nerf
- Combien de temps laisser pleurer un enfant ?
- Les enfants souffrent t ils d une separation quand les parents vivent a 500 km l un de l autre ?
- En ce moment est ce que vos enfants vous écoute?
- Vous souvenez-vous du cadeau, le plus insolite, que vous ayez reçu pour la fête des mères?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Dorodu59 Publié le 15-10-2009
Voir la fiche de Dorodu59
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : chouchipie Le 14-11-2009 à 20:22
J'ai eu la meme chose mais a 4mois et demi ! c'est pas evident du tout !toute sa vie on y pense meme si par la suite on a des enfants!

Ecrit par : sebanddaisy Le 14-11-2009 à 20:12
Tu as bien raison, je l'ai vécu mais en grossesse extra uterine, décelée a 3 mois seulement, tres grosse déception, c'ete l'horreur, bisou

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles