Maman - Marie raconte sa première grossesse

Agrandir l'image - Polaroids bébé © Shutterstock
Polaroids bébé © Shutterstock
Polaroids bébé
© Shutterstock

En 1973, Marie accoucha de son premier enfant, un petit garçon nommé Sylvain. Aujourd’hui, ma belle maman me raconte sa grossesse et son accouchement.

Elle répond ainsi à toutes les questions que je me pose et que vous vous posez peut-être avant d’être enceinte.

Je me suis souvent demandée comment savoir si l’on est enceinte.

Marie, elle le savait par instinct, elle se confie : « Les nausées m’ont appris que j’étais enceinte, je suis allée voir le médecin qui m’a confirmé mes doutes ».
Les odeurs de café la rendaient malade, comme si elle avait une grosse crise de foie.
« Les trois premiers mois étaient terribles, avec des nausées et des douleurs dans le ventre

Cependant, elle ne cessait de s’émerveiller de la nature. « Je sentais mon corps en changement constant. Mon visage a changé, j’avais des taches sur la peau, on appelle ça le masque de grossesse, je me sentais plus belle. » D’après elle, son visage s’était embelli. « J’étais fière de mon gros ventre, je sortais avec plaisir. »
Après ses 3 mois de grossesse, Marie était très heureuse, les nausées avaient disparu. « Après 3 trois mois, c’était formidable. J’ai adoré le porter dans mon ventre, il était à moi. Jusqu’au septième mois, je bougeais constamment, j’étais en pleine forme.»

Les envies spéciales faisaient parties de son lot quotidien. Elle se souvient : « je voulais manger des fraises, une fois l’envie était tellement forte que j’ai envoyé mon mari m’en chercher rapidement. »

Quant à la nourriture, Marie faisait très attention à ce qu’elle mangeait pour ne pas prendre trop de poids. Elle prenait beaucoup de vitamines, mangeait de tout mais en petite quantité. « J’écoutais les conseils de mon docteur, pas de choses trop grasses. Je n’ai pris que 12 kilos que j’ai reperdus très facilement. »

Sa relation avec le bébé était ce qu’il y avait de plus beau pour elle. Elle n’a jamais voulu en connaître le sexe « Je voulais avoir la surprise. » Pour son bébé, elle essayait de toujours avoir des pensées positives, de s’entretenir pour se sentir coquette pour le bien être de son enfant.

Marie se rappelle toute émue de ce lien unique qu’elle avait avec son petit garçon.
« Je sentais le bébé bouger, son pied faisait une bosse sur mon ventre. Je lui disais « Tu me fais mal bébé » en lui tapotant sur le pied et il le rentrait. Je lui parlais constamment, lui lisais des histoires pour l’habituer à ma voix. »

Ils étaient si proches que lorsqu’elle a accouché, le vide dans son ventre lui causa un gros baby blues. « Après il n’était plus qu’à moi toute seule, je devais le partager. » Son instinct maternel était si fort qu’elle voulait s’en occuper seule.

Vers la fin de sa grossesse, la vie était moins rose. « À 8 mois, j’étais enflée et j’avais hâte d’accoucher. » Elle était constamment constipée et avait un mal de dos terrible. Le bébé bougeait tout le temps et lui faisait mal aux organes. Le dernier mois, elle resta couchée.
« J’étais tellement fatiguée, je m’angoissais déjà du moment où j’allais accoucher. »

Quand le grand moment arriva, Marie ressentit d’abord de grosses douleurs puis de fortes contractions. Elle perdit les eaux en voiture sur le chemin de la clinique.

«Pour mon premier accouchement j’ai perdu les eaux en cours de route, les douleurs étaient terribles »
Arrivée dans la salle de travail, Marie était très stressée. « Lorsqu’on m’a emmenée en salle d’accouchement, j’étais terrorisée mais j’avais fait les cours de respiration et cela m’a aidée. »

Elle raconte ce moment avec nostalgie : « Je ne devais pas toucher les compresses qui étaient sur mon ventre mais quand la douleur venait, je ne pouvais pas m’en empêcher. Plus les minutes passaient, plus je désespérais de le voir sortir mais le pire, c’est que j’avais peur du moment ou les médecins couperaient mon périnée mais je n’ai rien senti. Quand il est enfin arrivé, on me l’a posé sur le ventre. Je me suis sentie bien, soulagée, la souffrance était finie. Et là, il m’a regardée, on aurait dit qu’il me reconnaissait. A ce moment précis, tu oublies toutes les souffrances, tu es simplement heureuse »

Marie a voulu allaiter le bébé mais les montées de lait ne venaient pas et elle souffrait le martyr.

Pour le deuxième, elle choisit la méthode du biberon. Son ventre revint en place quelques semaines après, grâce à des bandages bien serrés.


Articles similaires :
- L'angoisse de la séparation au 8ème mois
- Bola de grossesse : à quoi ça sert ?
- La bronchiolite, cette vilaine maladie des Bébés
- La dépression causerait des naissances prématurées
- J'ai 9 ans et j'ai peur
Questions similaires :
- Bjr a vous toute
- Connaissez-vous un site avec de supers prénoms de bébés ?
- A quel age pensez-vous qu'un enfants soit propre ?
- Le mot d'enfant le plus marrant que vous ayez entendu ?
- Connaissez vous cette sorte de basket montante (comme les basketeurs) avec trois bourrelets en haut, fermés
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Meya06 Publié le 14-12-2010
Voir la fiche de Meya06
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles