Maman - Mes deux allaitements ratés

Agrandir l'image - Mes deux allaitements ratés ©shutterstock
Mes deux allaitements ratés ©shutterstock
Mes deux allaitements ratés
©shutterstock

Ma première fille est née en juillet 2002. Maman célibataire, je venais de trouver un appartement mais devais attendre 1 mois avant d'avoir les clés. J'ai donc passé ce premier mois chez mes parents qui ne comprenaient pas mon désir d'allaiter, et j'ai craqué au bout de 3 semaines, épuisée par cette puce qui ne prenait pas de poids et les commentaires désobligeants de mes parents qui me disaient que mon lait n'était pas nourrissant, qu'il fallait que j'arrête! A bout de nerfs, j'ai donné le premier biberon à mon bébé et une semaine plus tard, fin de mon allaitement.

Ma seconde fille est née en février 2007, et cette fois j'étais déterminée à ne pas me laisser abattre par les commentaires de mon entourage. Le papa était prêt à me soutenir, et comme moi, pensait que c'était le meilleur pour notre bébé! J'ai rêvé toute ma grossesse de mon futur allaitement, et lorsque ma puce est née, c'est pleine de motivation que je me suis lancée à nouveau dans cette aventure.

Malheureusement, dès la maternité, bébé pleurait beaucoup, tout le temps en fait, et une sage femme de la maternité m'a juste dit: "elle vous sent, mettez le berceau loin de votre lit".

La montée s'est très bien faite, et ma fille buvait avidement mon lait que je n'avais jamais vu si abondant pour ma première fille. J'étais aux anges, mon rêve se réalisait, je nourrissais enfin ma fille.

15 jours plus tard, bébé buvait toujours bien et j'étais sure d'avoir du lait. Mais quand je suis allée à la pmi pour le faire peser, je suis tombée de haut: prise de poids de 12 grammes en 15 jours, et lorsque j'explique à la puéricultrice que mon bébé pleure du matin au soir, elle me répond: " donnez-lui un biberon, elle a faim cette petite!" Elle me prescrit un lait artificiel.Je me sens coupable mais ne cède pas. Je me procure un tire-lait, et pendant 2 mois, je tire-allaite mon bébé.Épuisant physiquement mais je ne veux pas lâcher cette fois! Seul hic, ma puce hurle toujours, elle souffre, crie quand elle boit, quand je la pose, elle ne dort pas plus d'une demie heure dans la journée.J'achète une écharpe, et c'est dans cette position debout que mon bébé dort enfin un peu.Je passe sur les commentaires de mon entourage .Je vais en faire une petite fille gâtée, ce n'est que mon lait.

Je consulte souvent mon médecin et seule réponse: "un bébé,ça pleure, c'est normal, les parents veulent toujours un bébé sage!"

Je repars désespérée, mon bébé hurleur dans les bras. Notre vie n'est devenue que cris, pleurs et inquiétudes, je deviens désagréable, ma grande fille ne reconnaît plus sa maman, épuisée et au bord de la dépression! J'arrête le tire-allaitement, nouvel échec!

J'ai consulté un autre médecin ( le mien était en vacances) pour une légère fièvre quand ma fille a eu 4,5 mois,je lui explique qu'elle est fiévreuse et pleure beaucoup mais vu qu'elle pleure toute la journée depuis sa naissance, je ne sais pas si c'est un symptôme. Il me regarde bizarrement et me demande "comment ça elle pleure toute la journée?"
J'explique à nouveau, honteuse, je suis sure qu'il va me dire encore que c'est de ma faute, que je suis stressée, que je stresse ma puce, que c'est normal...et là surprise, il me dit juste: " mais elle souffre d'un rgo ( reflux gastrique oesophagien) cette petite, faut pas chercher plus loin!

Pendant 3 mois j'ai pensé au rgo, j'ai même dit à mon médecin que je pensais qu'elle en avait tous les symptômes,mais il ne m'a pas écouté.

Un traitement de 3 jours et les cris ont diminué de moitié, encore 10 jours et c'était fini, mon bébé buvait enfin son biberon sans hurle.Elle avait l'oesophage tout irrité à cause des reflux, et il a juste fallut quelques médicaments pour régler le soucis.

Résultat, je n'arrive pas à faire le deuil de ce deuxième allaitement, et quand je pense aux premiers mois de ma fille, je ne pense qu'aux pleurs et cris. Quel gâchis!

Un jour, peut-être, un bébé viendra rejoindre notre famille. Mais je ne suis pas prête, je n'arrive pas à oublier le calvaire du début! Tout ça à cause de l'incompréhension de médecins face à la détresse d'un bébé et de sa maman.


Articles similaires :
- Veiller à conserver une alimentation adaptée aux jeunes enfants malgré la crise
- Répondre aux questions des enfants
- Premiers mois de grossesse : les changements de votre corps
- La depression de l'enfant.
- Les colonies de vacances et votre enfant
Questions similaires :
- Ne trouvez vous pas qu'il n'y a rien de plus merveilleux que voir ses enfants s'eclater de rire(surtout beb
- Comment faire taire les enfants qui crient en jouant dans leur piscine en face de chez moi?
- Que pensez-vous des maman qui n'ont pas élevé leur enfants? . .
- Quel ecart d'age avez-vous mis entre vos enfant
- ça vous arrivent les trous de mémoire?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Babeillea Publié le 31-07-2008
Voir la fiche de Babeillea
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : wenta Le 22-09-2008 à 20:12
Je ne sais pas quoi te dire mais ne penses plus au passé mais plutôt aux beaux jours de joie qui vous attendent tous

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles