Sexo & Love - Mon excitante colonie de vacances

Agrandir l'image - Couple dans un lit © Shutterstock
Couple dans un lit © Shutterstock
Couple dans un lit
© Shutterstock

Cela faisait deux semaines que je travaillais dans cette colonie de vacances. Embarquée malgré moi par mon amie Laura, j’avais accepté de travailler ici pour deux mois.

C’était aussi elle qui m’avait forcée à passer mon BAFA et à présent, je comprenais mieux pourquoi. Etudiante en dernière année de faculté, je ne crachais pas sur un peu d’argent.

La colonie m’avait au moins appris une chose : j’avais bien fait de choisir un avenir dans l’économie et non dans l’éducation des enfants en bas âges. Ici, ils avaient presque tous 7 ans et pourtant malgré mes 17 années de plus qu’eux, je n'arrivais pas à avoir assez d'autorité.

À vrai dire les enfants ça n’a jamais été mon truc. J’ai des frères et des sœurs plus vieux que moi et pas d’enfants, du coup quand ils viennent me confier leurs problèmes, j’ai un peu de mal à gérer.

« Élie, viens voir ! Thomas s’est enfermé dans les toilettes avec mes vêtements ! Punis-le ! »

Et me voilà en train de tambouriner à la porte désespérément. Que faire ? Je n’en avais aucune idée. Peut-être défoncer la porte comme une super héroïne ? Où peut-être le convaincre de sortir par des paroles apaisantes, un peu comme dans une prise d’otage pour l’épingler à la fin.

« Thomas, allez sors de là, sois gentil, rends ses vêtements à Léo et tout ira bien.
- Casses toi Elie, ça te regarde pas !
- Si ça me regarde. Je suis ta monitrice et ça va chauffer pour toi si tu ne sors pas immédiatement.
- M’en fous, m’en fous, m’en fous, m’en fous !»


Je commençais à perdre patience et à m’imaginer défonçant la porte puis noyant le petit morveux dans les wc quand mon sauveur arriva. Il s’appelait Mica, enfin ça devait être le diminutif de Michael mais j’avais entendu tout le monde l’appeler par son surnom, même le patron. Il tapa une fois à la porte.

« Tom, sors dépêche !
- C’est toi Mica ?
- Oui, allez petit mec, ils vont servir le repas et va y avoir des tacos. Je voudrais pas manquer ça et toi non plus hein ?
- Non, mais si je sors je vais être puni ?
- Ça dépend, les fringues de Léo sont dans les wc ?
- Non, je les ai dans les bras.
- Alors sors, rends les à Léo et on va manger ! »


Le petit sortit tout penaud et rendit les vêtements à son copain. Mica souriait et malgré moi, je le trouvais vraiment mignon. Ses mèches blondes lui tombaient devant les yeux et quels yeux ! De grands yeux gris en amande. Il accueillit le garçon coupable par une tape amicale sur la tête.

« C’est bien mon grand, allez va ! »


Je détaillais son corps, Il portait un tee-shirt à l’effigie de la colonie mais on voyait saillir ses longs muscles secs sous son haut moulant. Il me surprit à le détailler.

« Quoi ? J’ai plus l’air d’un idiot dans ce tee-shirt que d’un éducateur je sais mais j’aime bien les gosses.
- Ah, moi je suis pas très douée avec eux, faut croire que j’ai aucune autorité.
- Si tu ne les aimes pas, ils le sentent et du coup il t’écoutent pas. Prends du temps pour parler à chacun, taquine-les, joue avec eux. Ça devrait passer tout seul.
- Merci du conseil Super Nanny, ça te dit de m’apprendre ? Parce que ce soir après le repas, on doit organiser un jeu sur la plage et j’aurai certainement besoin d’aide.
- En fait, ce soir normalement c’est ma soirée de libre et ma copine m’attend donc... »


Je me sentais stupide, une vraie idiote. Évidemment qu’il avait une copine.
« C’est super, elle a de la chance. Vous êtes ensemble depuis longtemps ? »
Il rigola.
« 2 semaines, je l’ai rencontrée en arrivant ici, j’apprends encore à la connaître.
- Super ! Bon ben j’y vais… »

Il souriait encore quand je partis.

Après avoir mâchouiller une bouchée de mon tacos sans envie, tout en évitant de croiser le regard de Mica assit à deux tables devant nous, j’annonçai à Laura que j’allais me reposer un peu avant la fête et partis en direction de ma chambre.

Je me jetai sur mon lit en déplorant ma misérable tentative de séduction. Je me sentais stupide, humiliée et le pire, j’étais encore plus attirée par Mica depuis que je savais qu’il m’était interdit. Je décidai de me mettre un gros coup de pied aux fesses et me maquillai pour la soirée. Après tout, Mica n’était pas le seul garçon présent.

Devant mon miroir, je détaillai mon visage. Ma peau pâle avait pris de belles couleurs depuis le début des vacances. J’attachai mes longs cheveux noirs en une tresse souple sur le côté. Je m’amusai en regardant mon reflet. J’avais des airs de Lara Croft avec ma coupe et cet uniforme. Je mis un peu de noir sur mes yeux couleur jade et me dirigeai vers la plage.

Laura m’attendait et je remarquai qu’elle aussi s’était apprêtée. Après plusieurs jeux, les moniteurs allumèrent un feu de camp pour raconter des histoires aux enfants. Les marshmallows étaient de la fête et les enfants se régalaient près du feu. Comme je commençai à m’endormir, je me dirigeai vers la mer. Je trempai mes pieds dans l’eau pour me réveiller quand j’aperçus une forme familière au loin sur un rocher. Mica me fit signe de le rejoindre. Je marchai nonchalamment vers lui, l’air complètement détaché.

« Ça va ? Le travail te manquait trop alors tu es venu en douce ?
- Non en fait je suis venu parce que j’avais besoin de réfléchir.
- Alors je te laisse tranquille, à demain je...
- Non reste ! J’ai assez réfléchi.
- T’es pas avec ta copine ? »


Il paraissait triste.

« C’est à propos d’elle que je réfléchissais. Quand je suis arrivé dans la boutique où elle travaille, je l’ai vue flirter avec son collègue.
- Ah, mince. C’était peut-être pas grand-chose.
- Il avait les mains un peu baladeuses et elle avait l’air d’apprécier.
- Aïe, je suis désolée. »

Il rigola amèrement.
« Elle m’a promis d’arrêter ce flirt mais je connais trop bien ce genre de fille.
- Ouais, garce un jour garce toujours. Elle recommencera.
- C’est bien ce que je me suis dit. »


Son visage était si triste et dégoûté que je ne pus m’en empêcher. Je posai ma main sur son épaule et la lui tapotai doucement.

Il posa sa main sur la mienne, m’adressa un sourire penaud et me remercia. Je m’assis à côté de lui et restai silencieuse un moment.

Quand le vent se mis à souffler et que nous fûmes glacés, je lui proposai de rentrer. Nous prîmes le chemin de nos chambres en pressant le pas. Arrivés devant la colonie je lui souhaitai bonne nuit et prit le chemin opposé. Je sentis une main attraper mon bras.

« Attends ! Viens dans ma chambre j’ai une machine à café, je vais t’en faire un bien chaud. »

Je le suivis avec hésitation. Etait-ce une bonne idée de suivre un garçon dans sa chambre ? Oh après tout je n’avais pas 15 ans ! Il me fit asseoir et me prépara la boisson. Quand il me la tendit, je le remerciai.

« C’est bizarre, j’aurais jamais pensé que t’étais une fille aussi sympa ! »
- Pourquoi ?
- Parce que les jolies filles sont souvent des pestes !
- Alors je dois être un vrai ange.
- Pourquoi tu dis ça ?
- Parce que je ne suis pas jolie.
- T’es folle ou quoi ? Tu es sans aucun doute la plus jolie de tout le campus.
- Alors si tu penses ça c’est toi qui es fou !
- Mais je t’assure…
- Non tais-toi ! J’ai horreur de ça, les compliments tout ça, ça me met mal à l’aise.
- Ok ! T’es un peu bizarre quand même »
Il souriait à pleines dents.

Nous discutâmes toute la nuit de choses et d’autres. Il avait le même âge que moi, c'est-à-dire 24 ans et ne vivait pas loin de chez moi. Il faisait des études pour être professeur de sport et détestait les cours. En une nuit, j’en su plus sur lui que sur tous les garçons avec lesquels j’étais sortie. Je dus m’endormir au petit matin car c’est lui qui me réveilla.

« Debout Elie, on a des petites fesses à aller fouetter ! »
- Merde, je me suis endormie ici, j’aurais du rentrer dans ma chambre.
- C’est pas grave, j’ai dormi sur le lit gonflable. »
Il me désigna une petite forme bleue sur le sol.
« Alors je vais aller me doucher chez moi. » Je lui souris timidement, j’espérai ne pas avoir ronflé, et quittai la chambre.

La journée se passa merveilleusement bien. Mica me fit rire et nous nous mîmes en duo pour les activités sous le regard meurtrier de Laura qui me voulait pour elle toute seule. Après ces deux semaines de duo, nous dûmes changer. Mica avait vraiment l’air déçu de ne plus être avec moi.

« On a bien rigolé, tu vas me manquer ! Je vais me coltiner Franck où Meri je le sens bien.
- C’est chiant de pas pouvoir choisir cette fois ci. Moi je sens que Laura va faire pression pour qu’ils me mettent avec elle.
- Ça va ! Tu tomberas pas mal.
- Mais tu vas me manquer aussi. En fait je n’ai jamais eu de meilleur ami mec.
- Meilleur ami ? Ah. »

Il parut déçu et partit sans ajouter un mot.

Laura avait effectivement fait pression et je me retrouvai avec elle pour le duo. Son enthousiasme ne réussit pas à m’envahir car Mica m’évitait.

À chaque fois que je le voyais, j’essayai de l’attraper mais il fuyait la discussion. Vers 9h, quand les enfants furent couchés, je me cachai dans sa chambre.

Dans le noir, je m’assis patiemment sur son lit en attendant qu’il rentre et en le remerciant mentalement de ne pas avoir fermé à clef. J’attendis 1h avant qu’il ne daigne se montrer. Il ouvrit la porte et la referma derrière lui sans allumer la lumière. Je profitai de l’effet de surprise et le plaquai contre le mur. Je sentis son souffle chaud contre mon oreille.

« Tu devrais fermer à clef la prochaine fois. » Lui murmurai-je à l’oreille.
« J’y penserai. » Son souffle était haletant.
« Avoue que je t’ai fait peur.
- J’avoue. »
Je sentais dans l’intonation de sa voix qu’il souriait.
« Alors maintenant que je t’ai choppé, tu vas me dire pourquoi tu m’évites.
- Je peux pas !
- Tu vas me le dire ou tu vas finir la nuit plaqué contre ce mur. »


Il ne dit rien durant un long moment si bien que je commençai à croire que mon intervention ne servait à rien. Il semblait réfléchir puis il se pencha vers moi, doucement avec hésitation. Je retins mon souffle. Je sentais mon cœur battre la chamade et mon ventre me faisait un drôle d’effet. Un mélange de peur et de pure excitation.

Quand ses lèvres se posèrent sur les miennes, je lui rendis un baiser plein de passion. Il parut surpris et se recula pour me regarder malgré la pénombre.

« Je croyais que j’étais ton meilleur ami, on ne fait pas ça entre amis.
- Moi si, demande à Laura !
- Tu plaisantes j’espère. »

Je rigolai de bon cœur.
« Evidement, je rigole. Tu venais de subir une mauvaise rupture je voulais pas avoir l’air d’une fille égoïste.
- Ce soir là, j’ai espéré toute la soirée que tu m’embrasses. Et chaque jour depuis, j’attends de lire une invitation dans tes yeux.
- Alors tu sais pas lire mon vieux ! »


Je l’embrassai de nouveau et il me souleva de terre. J’enroulai mes jambes autour de son corps et me plaquai contre lui. Il nous emmena sur le lit et se mis au dessus de moi. Je lui retirai son tee-shirt et parcourrai les muscles de son buste avec ma langue. Il passa un doigt sous mon menton et me força à le regarder.

« Tu n’as pas peur que ça gâche notre amitié ?
- Au contraire je vais l’améliorer.
- On sera juste amis après ça ?
- Ça ? Tu me demandes si après avoir fait l’amour avec toi je te considérerai toujours comme mon ami ? »

Je soupirai et pris l’air de réfléchir. Il grogna et je ris de bon cœur.
« Non, tu seras bien plus que mon ami. Enfin si tu le veux bien.
- Je le veux. »

Il m’embrassa avec passion et dénoua mon haut, exposant ma poitrine à l’air libre. Il embrassa chacun de mes tétons avec douceur avant de les mordiller. Je me cambrai sous lui pour lui faire comprendre ce que je voulais. Il descendit et dégrafa mon short. Il embrassa la partie la plus douce de mon anatomie et remonta pour trouver mes lèvres.

Après avoir ôté son caleçon à la hâte, je le poussai sur le dos. Ma langue serpenta son torse et je descendis jusqu’à sa verge. Il était drôlement bien constitué. Je le pris dans ma bouche en faisant des allées retours. Il haleta de plaisir et me fit remonter jusqu’à lui. Je savais que si j’avais continué, il n’aurait pas pu se retenir plus longtemps et je voulais autant que lui qu’il me pénètre.

Je me mis à califourchon sur lui pour placer le préservatif qu’il sortit de son tiroir avec un sourire timide. Je me demandai s'il les avait achetés dans l’espoir de le faire avec moi ou si c’était pour son ex. Je chassai cette pensée pour éviter de lui faire une crise de jalousie et notai dans ma tête de le lui demander plus tard. Il me poussa doucement pour se mettre au dessus de moi. Je le laissai faire et lui offrit mon sexe.

Il me pénétra sans ménagement, avec passion. Plus ses coups de reins étaient forts, plus je me cambrais pour qu’il me pénètre plus profondément. C’était sauvage, passionnel, désespérément fort.

On s’accrochait l’un à l’autre comme si nous avions peur de nous perdre. Nous avions attendu ce moment depuis trop longtemps et notre frustration se brisait sous ses coups de rein. Je sentis monter la chaleur d’un orgasme en moi. J’explosai dans un cri de bonheur. L’excitation l’entraîna avec moi dans ce même bonheur.

Il retomba sur ma poitrine en respirant fort.
« Je t’aime Élie, je le savais mais là j’en suis sûr.
- Tu délires parce que je suis trop douée.
- C’est vrai que tu es douée mais je t’assure que je ne délire pas. »

Je me redressai pour le regarder et je pus lire dans ses yeux qu’il était sincère.
« Je t’aime aussi Michael ! »
Il rigola de bon cœur.
« Mica, c’est pas un diminutif, c’est vraiment mon prénom. »
« Mince je me suis trompée de personne. Alors je t’aime Mica. - J’aime mieux ça ! »


Il frotta son nez contre le mien et posa sa tête sur ma poitrine. Nous nous endormîmes l’un contre l’autre pour le reste de la nuit.

Les nuits suivantes furent les mêmes et je passai très peu de temps dans ma chambre. À la fin de notre séjour, nous repartîmes chez nous. D’abord chez ses parents, ensuite chez les miens et finalement il décida d’intégrer la faculté à côté de la mienne pour pouvoir passer chacune de nos nuits ensemble, en espérant qu'elles ne finissent jamais.


Articles similaires :
- Le Premier Soir - Seconde Partie
- Je rêve de sortir avec lui, comment lui faire comprendre ?
- Témoignage : les pires choses faites par jalousie
- Le guide des couples heureux
- Les fantasmes de Joshua
Questions similaires :
- A votre avis quand a eu lieu le
- Oubli de pilule. Quand je l'ai oublié le soir et que je la prend le lendemain matin, je ne suis plu protégée ?
- Qu'avez-vous fait dernièrement pour faire plaisir à votre chéri(e) ?
- Pensez vous quond peut tomber enceinte avec les patch contraceptive?
- Soirée question cul
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Meya06 Publié le 15-12-2010
Voir la fiche de Meya06
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles