Sexo & Love - Mr Marmotte - Cinquième partie

Agrandir l'image - Mr Marmotte © Shutterstock
Mr Marmotte © Shutterstock
Mr Marmotte
© Shutterstock

Elisabeth trouvait sa position de plus en plus inconfortable. Dans un poste de police on ne s’attend évidemment pas à un confort sans bornes mais quand on est auditionnée depuis plus de deux heures l’assise d’une chaise en bois peut devenir une véritable torture.

La jeune femme demanda la permission de se lever et se massa les fesses d’un geste naturel qui tranchait avec son verbe quelque peu châtié. Le policier l’observait en silence. Il n’avait pas bougé de son fauteuil et s’était même à un moment rapproché de son bureau pour dissimuler le trouble qu’Elisabeth avait provoqué en lui. Cette femme qu’il n’avait d’abord considéré que comme une bourgeoise embarquée malgré elle dans une histoire scabreuse était en réalité une personne bien plus complexe.

Il avait la conviction qu’elle était bien consciente de l’effet que faisaient ses mots et que ce qui l’avait menée devant lui n’était pas fortuit. Elisabeth avait fait quelques pas en long et en large dans le bureau quand le policier l’invita à s’asseoir et à reprendre le fil de son récit.

- « Je vous ai raconté l’épisode de la maternité pour que vous compreniez à quel moment nous avons connu mon mari et moi ce tournant déterminant qui a changé notre vie sexuelle. Nous avons renouvelé ce type d’expérience quelques fois autant que notre rôle de jeunes parents nous en laissait l’occasion. J’ai conservé même après l’accouchement ma libido exacerbée de femme enceinte. Je n’étais plus la jeune fille qui ne faisait qu’étudier et rangeait ses envies sensuelles dans une petite case bien rangée et de plus, mon couple avait découvert une nouvelle jouissance. Frédéric et moi avons commencé à réserver des chambres d’hôtel dont nous laissions la porte entrouverte, nous partagions des cabines d’essayage de magasins sans tirer totalement le rideau, nous allions à la piscine aux heures les plus creuses.

Les années ont passé et nous avons trouvé notre équilibre ; nous ne nous exhibions jamais, les personnes qui nous regardaient et participaient en un sens à nos ébats devaient réellement nous observer pour profiter d’un moment de plaisir partagé.

Je me souviens d’une fois, d’une chambre d’hôtel. Nous étions au lit, et sous le drap Fred me léchait à me faire gémir de plaisir. La porte était entrebâillée, et la lumière qui venait du couloir m’éclairait un peu. Le drap remontait jusqu’à ma poitrine, cachant à peine un sein, dévoilant un téton. Je n’entendais pas les pas qui remontaient le couloir, étouffés sans doute par l’épaisse et poussiéreuse moquette qu’on trouve souvent dans les hôtels de milieu de gamme. Quand le garçon d’étage risqua un œil dans notre chambre il dut attendre un instant pour discerner quelque chose que son œil s’adapte à l’obscurité. Il a observé quelques instants et puis craignant peut-être d’être surpris lui-même par un collègue il est entré et a refermé la porte derrière lui. C’est à ce moment que j’ai réalisé que quelqu’un nous avait rejoint, quand le rai de lumière du couloir a disparu. J’ai tendu le bras et allumé la lampe de chevet qu’il n’a diffusé qu’un faible éclairage doré, et j’ai pu voir la silhouette du jeune homme, debout face au lit.

Fred remontait lentement et embrassait mon ventre et mes seins quand le garçon d’étage a tiré le drap qui nous couvrait. Vous voyez, chaque personne qui s’invite dans ces moments peut choisir d’en voir plus ou moins. Lui voulait tout voir et après avoir ôté le drap, il s’est assis pour nous contempler plus à loisir.

Fred et moi n’avons même pas tourné la tête pour le regarder, les préliminaires nous avaient échauffé les sens. Il est entré en moi comme s’il glissait son membre raide dans un fourreau et m’a soulevé les fesses pour me pénétrer plus profondément. Il allait et venait lentement, je sentais qu’il voulait faire durer ce moment au maximum et cela m’excitait. Le sentir bouger lentement et doucement en moi finissait par me donner envie qu’il me prenne vivement, dans une explosion d’énergie. J’ai croisé mes jambes autour de lui pour le retenir en moi et c’est à ce moment qu’il s’est retiré et qu’il m’a fait comprendre d’une pression de la main sur ma hanche qu’il voulait que je me retourne.

Je me suis exécutée immédiatement, j’aurais hurlé pour qu’il s’enfonce en moi et sentir ses brusques coups de reins jusqu’à ce que je crie de plaisir. Il a posé ses mains sur mes fesses pour les écarter un peu et s’est collé contre moi, appuyant son gland à l’entrée de mon sexe. Je me suis empalée sur sa queue et j’ai failli jouir tout de suite tant j’avais attendu ce moment. Il m’a prise comme j’aspirais à l’être et tandis qu’il me tenait les hanches pour y imprimer le rythme qu’il voulait, je laissai tomber mon front sur les oreillers.

Le garçon d’étage n’avait fait aucun bruit depuis qu’il était entré ou alors je n’y avais pas prêté attention, et je n’ai vu qu’il avait retiré ses vêtements que quand il nous a rejoint. Fred avait attrapé une poignée de mes cheveux pour me faire relever la tête et je me trouvai face à un corps jeune et imberbe. Le garçon d’étage se caressait sous mes yeux, se rapprocha de moi et posa une main sur ma joue. Ce qu’il attendait de moi était évident mais je tournai la tête de l’autre côté en signe de refus.

J’ai ensuite senti ses mains sur mon corps, sur mes seins, elles ont glissé jusqu’à mon sexe, entre mes fesses. Il me caressait et il caressait sans doute Fred en même temps. Sous ses doigts nous avons joui tous les deux. Mon mari s’est laissé tomber à côté de moi, le souffle court.

Je vous raconte encore des détails, et ça m’éloigne de notre sujet de départ, je m’égare excusez-moi. »

Le policier avait lui aussi le souffle court, une question lui brûlait les lèvres mais aucun prétexte ne justifiait qu’il la pose. Tandis qu’Elisabeth reprenait la parole, il ne cessait de penser à ce qui s’était passé dans cette chambre d’hôtel. Le garçon d’étage n’était probablement pas reparti comme il était venu, comme si de rien n‘était. Que s’était-il passé, après ?


Articles similaires :
- Comment attirer l'attention d'un homme qui vous plaît ?
- Ce qu'il vous faut pour une saint Valentin glamour
- Spécial Saint-Valentin des papilles
- Comment réagir face à l'homosexualité de ses enfants ?
- Un sex toy ludique et efficace
Questions similaires :
- Merci a tous pour ce soutien moral, j'en avais besoin, car mon copain n'est pas présent pour ca lui.
- Comment reagir au silence d'un homme ?
- Pourquoi un homme qui dit vous aimer, pense toujours que vous pouvez lui mentir ?
- Savez pourquoi on utilise le latex pour fabriquer les preservatifs?
- Sexuellement êtes vous attirée toujours par le même type de personnes?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Blairote Publié le 01-12-2008
Voir la fiche de Blairote
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles