Sexo & Love - Prendre un nouveau départ

Agrandir l'image - Nouveau départ © Shutterstock
Nouveau départ © Shutterstock
Nouveau départ
© Shutterstock

Je me suis réveillée à l'aube avec une pêche d'enfer ! Le médicament commence sans doute à faire son effet ou tout simplement, la prise de conscience depuis une semaine devient claire et facile...

Changer de vie... Changer ma vie !

Nouvel objectif, nouveau challenge, nouvelle priorité...
J'ai déjà perdu beaucoup trop de temps, d'années et d'envies.
Prendre sa vie en main, ne plus laisser les autres vous manipuler, faire ce qu'ils veulent, avant tout, pour eux-mêmes, ne plus subir par omission...

Arrêter de nier, de se voiler la face. Arrêter d'espérer et d'attendre. Arrêter de croire que les autres peuvent tout faire à votre place. Arrêter de gémir ou de se plaindre...

Le poids des responsabilités et de la culpabilité que je porte sur mes épaules depuis si longtemps est désormais effaçable. J'ai payé l'ardoise !

Tel un âne qui ploie sous le fardeau trop lourd des mauvais choix et des conséquences de ces choix sur mes épaules, je mesure aujourd'hui, la force physique qu'il m'a fallu, au détriment de la force psychique, que je n'ai pas toujours eue ou réussie à préserver...

Cette dépression m'oblige à grandir, à prendre conscience que le temps a passé trop vite, trop mal ou pas assez ...
Je regarde en arrière et qu'ai-je fait d'autre que végéter, fuir et me renier ?

Mon accomplissement et mon épanouissement n'ont pu se faire pourquoi ? A cause de qui ? De moi et de moi seule !
Je me suis toujours sentie coupable, mal-aimée, mal comprise, pas acceptée, pas à ma place...

La culpabilité (cette foutue barrière) vous amène à un amour-propre qui devient très vite, un amour-sale, corrompu et exacerbé par un orgueil démesuré.

« Le mal dans sa peau » devient un leitmotiv, vous permet de vous complaire dans le malheur, la souffrance et les douleurs. On s'y sent bien, on n'a pas besoin d'autre chose.
On ne veut rien d'autre, pour qui, pour quoi ?

Notre propre existence n'a pas de valeur, n'a pas de signification particulière, nous ne sommes pas des individus exceptionnels, nous valons que ce que les autres en disent et par conséquent, on vit sur les acquis qui nous ont été donnés dans l'enfance.

Erreur ! Rien n'est venu tout seul, tout a été construit petit-à-petit par soi et influencé par les autres. Caméléons, nous le sommes tous.
Certains plus que d'autres, certes.

Et puis, il a ceux qui s'arment en victimes, « en récipients » et ceux qui deviennent des bourreaux , des vampires, qui vous assèchent de toute matière exploitable.

Ils se rassasient jusqu'à la lie, vous vident de tout et une fois repus, s'en vont, vous laissant à votre néant, à votre désespoir, à votre « mort ».

Vous n'avez plus d'identité, vous n'avez plus de passeport pour la Vie !

Pourtant, personne d'autre que soi n'est coupable dans ce genre d'affaire. Il faut des dominants et des dominés, c'est bien connu.

Dominée, je le fus... Par mes parents, tout d'abord. Par mes professeurs ensuite, par mes amis, par mes copains, par mes amours, par mes enfants, par mes employeurs...
Je les ai toujours laissés faire, toujours. Ils ont tous pris ce qu'ils voulaient de moi, de ma disponibilité, de mon affectif, de mon travail, de mon existence...

J'ai donné, souvent avec mon cœur mais aussi souvent à contre cœur, mais toujours sans savoir leur dire non !

Alors, on subit... On continue de grandir en subissant les choix, les désirs et les envies des autres. On se laisse manipuler, on se laisse vampiriser, gentiment mais sûrement, au nom des valeurs que l'on s'imagine posséder : gentillesse et dévouement.

Tout le monde vous le dit, donc, c'est que c'est vrai ! Il vous faut alors être comme ça et pas autrement !

L'image que la société a de vous vous entraîne dans une spirale sans mesure... On me « voit » comme ça, donc je suis comme ça !

Non, non et non !

On doit "être", devenir ce que l'on ressent au fond de soi, on doit créer et perfectionner sans cesse, ce que notre cœur nous incite à faire, à écouter.

On doit se mettre à son écoute et pas à celle des autres. On doit vivre pour soi et non par les autres !

On peut ainsi perdre sa vie à espérer, à attendre une autre vie...qui ne viendra peut-être jamais si vous ne vous en donnez pas les moyens !

Sachez ce que vous voulez de meilleur pour vous, et vous seuls, et commencez dès maintenant à échafauder votre plus belle création : Vous !


Articles similaires :
- La drague sur Internet
- Les aventures nocturnes de mademoiselle. Deuxième Partie.
- Le don du sperme : un élan de générosité
- Figurines humoristiques pour le gâteau de mariage
- La piscine : un fantasme réalisé
Questions similaires :
- Quel"chatiment"feriez vous subir à un homme vraiment infidél?
- Quels rapports entretenez vous avec votre meilleur(e) ami(e)?
- Ce sont les danois avec35,7mn a chaque fois,les français en 2eme position avec 34,5,les allemands avec30,1mn,
- Bon je recommence alors la fellation jusqu'ou pour les filles et le reste on sais a qui je parle lol
- Pensez vous qu'il est possible de ne pas être jaloux lorsque l'on aime quelqu'un ?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Marie Da cruz (Mariem090362) Publié le 25-02-2011
Voir la fiche de Marie Da cruz (Mariem090362)
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles