Sexo & Love - Quand la BD s'anime...

Agrandir l'image - D Statue
D Statue
D Statue

]Il est plus de 18 heures et Laura quitte enfin son travail. En passant son badge sur l’interrupteur, elle fît ouvrir la grande porte du bâtiment, laissant filtrer quelques rayons de soleil. Un orage est prévu en début de soirée mais pour le moment, aucun nuage n’est à l’horizon. Une grande respiration et elle s’engouffrât dans cette foule d’été, rejoignant au plus vite le métro en direction de son domicile.

Laura à 32 ans et travaille depuis quelques années dans une société de création de dessins animés en temps que dessinatrice. Grâce à elle de nombreux personnages ont vu le jour à la télévision et des milliers d’enfants allument le petit écran chaque matin en espérant tomber sur leur héros préféré. Le visage heureux des enfants devant un de ses dessins animés est la plus grande satisfaction de la jeune femme.

Laura est une femme très comblée au niveau professionnel, mais on ne peut pas en dire autant dans sa vie personnelle. Depuis 4 ans, la jeune femme vit seule et est célibataire. Sa dernière histoire d’amour s’est soldée par un divorce et depuis, elle s’est plongée à corps perdu dans son travail, seul endroit où elle n’a jamais été déçue. Elle n’a d’ailleurs jamais voulu rencontrer d’autre personne, ni même pour une seule nuit. Depuis 4 ans, elle n’a donc pas fait l’amour et cela commence à lui manquer, mais la peur de souffrir est au dessus de tout.

Cependant, pour combler un peu son manque, Laura s’est trouvée une occupation. Elle dessine des bandes dessinées érotiques. En effet, dans ses heures perdues, elle met en scène des personnages dans des positions assez osées. Tous les soirs, après son travail où elle dessine des dessins animés pour enfants, elle aime se poser sur sa terrasse en plein été et griffonner quelques cases. Personne ne connait son passe temps favori et Laura tient à garder cela secret, par peur de moquerie de son entourage.

Plus de deux heures plus tard, Laura est enfin arrivée chez elle, pose son sac à main, se déshabille et passe directement sous la douche avec automatisme, pour se rafraichir et se laver d’une longue journée d’été très chaude et fatigante.

Sortant de la salle de bain en peignoir, elle se sèche les cheveux et appelle sa mère comme tous les mercredi soir. Une fois raccroché, l’appel du ventre la fait ouvrir son réfrigérateur. Elle en sort un plat cuisiné tout prêt, l’enfourne dans son micro-ondes et alluma machinalement la télévision.

Les pieds sur sa petite table, son plat sur les genoux et la télécommande à sa droite, les chaines s’enchainèrent à grande vitesse sur la vieille télévision de Laura. Elle s’arrête un instant sur la chaine d’informations en boucle puis, d’un air découragé, appuie sur le bouton POWER de la télécommande. Quelques minutes plus tard, Laura a terminé son repas, a engloutit à toute vitesse une pomme et attend impatiemment son café, en train de couler.

Il est maintenant prêt de 22heures, le soleil commence à laisser place à la lune en ce jour d’été, et Laura s’installe sur la table de sa terrasse pour profiter un instant de la douceur du soir.

Son café sur la table, elle part chercher sa pochette à dessins et ses crayons soigneusement aiguisés. On peut y voir plusieurs dessins encore inachevés, des parties de corps, des bulles de dialogues sans aucun mot, des histoires en cours, mais son attention se porta sur une feuille à peine commencée. Seule la première case était presque terminée et on pouvait y voir apparaitre le début d’un corps d’homme, couché sur le dos. Elle s’empresse de prendre son crayon et d’un coup de main habile, faisant apparaitre un homme, sur le dos, complètement nu, une main sur son sexe en érection l’autre sur le sol, la tête en arrière, pouvant imaginer que cet homme était sur le point d’éjaculer.

Le premier dessin quasiment achevé, Laura entend un premier coup de tonnerre, puis un deuxième. Elle attrape sa pochette à dessins, sa tasse de café, et entre dans son salon pour pouvoir continuer son art à l’abri de la pluie et de l’orage. Elle allume la télévision pour avoir un fond sonore et griffonne à nouveau sur sa feuille de papier. Le dessin complètement terminé, elle commence à dessiner une bulle de dialogue quand tout à coup un énorme bruit se fait entendre, suivit d’un]éclair qui traverse le mur jusqu’à la télévision, envoyant une étincelle au niveau de la table du salon où Laura était en train de dessiner. Prise de panique, elle ferma les yeux, poussa un grand cri et n’osa plus bouger. Au bout de quelques secondes, elle ouvrit doucement un premier œil, puis le deuxième, poussa un deuxième cri et tomba en arrière sur sa chaise. Contrairement à ce qu’elle aurait pu imaginer, il n’y eu pas de dégât dans sa pièce, les étincelles avaient complètement disparues, mais une chose très déconcertante venait de se produire.

En plein milieu de la pièce, sur sa table de salon, un homme couché, complètement nu et immobile se trouvait là. Une jambe à moitié pliée, son sexe en érection, caressé par une de ses mains, la tête en arrière, Laura ne mît pas longtemps à le reconnaitre. C’était bien l’homme qu’elle venait à l’instant de terminer sur sa feuille de papier. Très prudemment, elle s’avança de quelques centimètres, le regarda longuement, mais l’homme ne bougeait pas d’un poil. Elle l’appela, lui demanda son prénom, mais toujours aucun mouvement. Arrivé à sa hauteur, elle pointa son doigt sur son épaule, le toucha maladroitement et se recula aussitôt de peur que l’homme ne bouge, mais toujours aucun signe de vie, telle une statue posée là sur sa table du salon. Avec un peu plus d’assurance, Laura s’approcha à nouveau de cet homme surprenant. Toucha à nouveau son épaule pour essayer de comprendre comment cela avait pu être possible, il avait une sensation de chair humaine, comme un vrai homme, mais en s’approchant davantage senti son odeur, et reconnue l’odeur de son papier à dessin. Elle ne voulait pas le croire, mais par un phénomène inexpliqué, le dessin de Laura était devenu réalité. Au bout d’un moment, un léger sourire se fit apercevoir sur le bord des lèvres de la jeune femme, elle fit le tour du jeune homme entièrement nu, et les yeux de Laura se fixèrent sur son sexe. « Ah quand même, j’ai plutôt bien réussit les proportions sur mon dessin » pensa-t-elle à voix haute.

Elle mit sa main sur le torse rasé de l’homme, vérifiant une nouvelle fois par précaution que la statue ne bougeait vraiment pas, et fit glisser sa main jusqu’à son sexe. Malgré l’odeur de papier à dessin, son corps et son sexe était chaud. Elle déplaça délicatement la main de l’homme pour avoir accès à son pénis, toucha d’abord du bout des doigts son sexe, puis l’attrapa d’une main ferme mais douce. Laura n’en croyait pas ses yeux, mais voulait absolument profiter de cette opportunité qui s’offrait à elle ce soir. Elle fît des va-et-vient rapides sur son sexe, se positionna en face de l’homme puis remplaça ses mains par sa bouche. Cela faisait 4 ans que Laura n’avait pas fait l’amour avec un homme ou ne lui avait pas fait une fellation, elle décida donc de se lâcher. Ne prêtant plus du tout attention au fait que ce ne soit qu’une statue, elle défie le nœud de son peignoir tout en continuant de jouer de sa langue sur le sexe de l’homme et en laissant échapper des petits gémissements. D’un coup brusque, elle enleva entièrement son peignoir, posa une main sur le torse de l’homme, et son autre main caressa son clitoris. Les va-et-vient devenaient de plus en plus rapides, l’excitation de Laura était à son maximum, elle aurait voulu que l’homme puisse la caresser et la pénètre sauvagement mais ce n’était qu’un dessin…

Tout à coup, Laura s’arrêta net, leva la tête, remit son peignoir et réfléchît. Si l’homme sur sa table était la parfaite réplique de son dessin alors elle pouvait reproduire plusieurs dessins et ainsi dérouler un scénario grandeur nature dans son salon. Elle souleva la fesse de l’homme pour en laisser échapper sa feuille de dessin, prit son crayon et commença à dessiner rapidement une case de plus, puis une autre et enfin 3 pages de dessins entièrement. Sur la première page, nous pouvions voir l’homme dans la position actuelle, en train de se relever, debout en face d’une table. Mais Laura se demanda comment faire pour que le dessin soit pris en compte dans le réel. Elle courut dans son bureau, passa la feuille de dessin dans la photocopieuse et en fit une copie. Elle reprit le papier, descendit l’étage pour revenir au salon et son visage s’éclaira, l’homme avait bien changé de position, il se trouvait, comme le montrait le dessin, debout, face à la table, son sexe toujours en érection. Sur la deuxième page, l’homme était toujours dans la même position une main posée sur la table, l’autre retournée au niveau de son sexe, pour pouvoir caresser le sexe de sa partenaire. Enfin la troisième feuille montrait ce même homme le sexe en érection, faisant des mouvements d’avant en arrière contre la table. Laura hésita un instant puis enfonça les deux feuilles de papier dans la photocopieuse. Elle s’assura de marquer pour chacune des feuilles de dessin un nombre de photocopies à 100 pour reproduire le dessin plusieurs fois d’affilé et descendit vite dans le salon pour en voir le résultat.

Émerveillée, Laura vit sa statue dans la première position, les doigts de sa main s’activer à répétition n’attendant plus que son sexe féminin. Elle retira à nouveau son peignoir et s’avança rapidement, fît attention de ne pas le bousculer et se plaça entre ses bras. Toute excitée, elle posa ses mains sur le rebord de la table, posa un baiser sur les lèvres humides de la statuette en action et écarta ses jambes tremblantes de désir. Elle ajusta sa position en fonction de la main de l’homme, se coucha sur la table et laissa le désir l’envahir. Elle ne pouvait s’empêcher de fermer les yeux et se tortiller dans tout les sens. Depuis 4 ans elle n’avait pas eu de plaisir, elle avait presque oublié ces sensations, commença à gémir au rythme des mouvements automatiques de l’homme. Elle sentait son corps chaud et humide, sa respiration commençait à se faire plus rapide, mais elle ne voulait perdre aucune miette de ce cadeau qui s’offrait à elle. Au bout d’un moment, Laura ne sentait plus la main de l’homme sur son sexe mouillé, ouvrit les yeux une seconde pour regarder, et comprit que les 100 premières copies venaient d’être passées. La troisième feuille était en train de se copier.

Voyant l’homme faire des va-et-vient avec son sexe bien droit en direction de la table, Laura se coucha plus sur la table, passa ses pieds autour de la taille de l’homme, et ce dernier continua ses mouvements répétés. Son sexe pénétra celui de Laura, qui poussa un léger cri de plaisir. La sensation de son pénis la pénétrant la mis dans tous ses états. Elle voulu crier mais se retint le plus possible. Elle voulait aller jusqu’au bout des 100 dernières pages qui défilaient à toute vitesse. Elle sentait son sexe chauffer, ses jambes se crisper de plus en plus autour de la taille de l’homme. Elle se mordit les lèvres pour étouffer les gémissements de plaisir. Couchée sur la table, elle mit une main sur sa poitrine, se caressant de partout, et son autre main sur son clitoris pour le stimuler davantage, jouant avec le moment de la jouissance qui arrivait à grand pas. Elle ne savait pas à quelle moment son « dessin » allait s’arrêter, mais cela faisait un petit moment qu’elle retardait au maximum sa jouissance. Tout à coups, les crispations de ses jambes firent se décaler la statuette dont le pénis s’enfonçait plus profondément dans le vagin de Laura qui ne pouvait plus se retenir. Accrochée aux rebords de la table, se laissant aller par les mouvements de sa poupée, elle laissa échapper un grand cri, l’orgasme dura quelques secondes, la statue continua 4 ou 5 va-et-vient supplémentaires, avant de s’immobiliser à l’intérieur du sexe de Laura.

Une fois ses esprits retrouvés, Laura se relava, remit son peignoir, et vint se poser sur son canapé. Elle fuma une cigarette, monta dans son bureau pour débarrasser sa photocopieuse de tous les dessins sortis 100 fois chacun et les jeta sauf un exemplaire de chacune des pages. Elle redescendit ensuite au salon, les yeux brillants, regarda cet homme à nouveau immobile, toujours devant la table. Elle décida ensuite de le laver du mieux possible et le rangea dans sa chambre, les dessins toujours à portée de main.

L’histoire ne dit pas si l’homme est toujours chez Laura ou s’il à repris sa place sur sa feuille de dessin.


Articles similaires :
- Tout ce qu'il faut savoir pour séduire un homme... et le garder
- Mon magnifique mariage : un des plus beaux jours de ma vie
- Les femmes mariées et le sexe : pas si rose !
- Le sexe, pas tout à fait "conventionnel"
- L'amour ? Oui mais pas à tout prix
Questions similaires :
- Que pensez-vous de la félation?
- êtes vous?
- Pour information, et je l'ai déjà signalé
- Il est fatigué! Et vous non! Vous faites quoi?
- Aujourd'hui, c'est la saint.
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Korkydoux Publié le 18-01-2010
Voir la fiche de Korkydoux
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : elsouriço Le 03-02-2010 à 00:18
ça c'est un vibro d'enfer!!!! lol!

Ecrit par : sebanddaisy Le 27-01-2010 à 20:00
Tres bonne interpretation d'ecriture , et comme choukoune, je me mettrais bien au dessin, mais vue que je suis nulle, j'ai peur du resultat, lol, bisou

Ecrit par : choukoune Le 27-01-2010 à 18:17
Je croix que je vais me mettre au dessin!

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles