Bien-être & Forme - Quand et pourquoi faut-il consulter pour mal de dos ?

Agrandir l'image - Mal de dos © Shutterstock
Quand et pourquoi faut-il consulter pour mal de dos ?
Mal de dos
© Shutterstock

Le mal de dos est très fréquent, presque une banalité dans la vie quotidienne. Il est pourtant important de savoir dans quels cas il faut consulter, quand il faut s'inquiéter. Enfin, si l'on décide de consulter, les spécialistes ou prétendus tels sont nombreux et il est alors important de savoir faire le tri et de comprendre quel est le spécialiste qui va pouvoir véritablement vous aider dans les différentes situations.

Quand faut-il consulter ?
Un mal de dos nécessite rarement une action médicale urgente, même quand la douleur est vive. Cependant, il est préférable de consulter un médecin sans attendre quand le mal de dos s'accompagne de :

- douleurs plus importantes le matin que le soir ou que les douleurs sont insomniantes,

- faiblesse des jambes, de difficultés retenir ses matières ou ses urines (incontinence),

- douleurs au niveau du thorax en plus du dos,

- altération générale avec amaigrissement, sueurs ou fièvre
inexpliqués.

Il est également important de consulter si le mal de dos survient dans les suites d'un choc violent ou après une chute d'une hauteur importante, si l'on a la notion d'un cancer ancien, ou enfin si l'on a pris de la cortisone ou des dérivés.
Si je consulte pour mon mal de dos, quelles sont les questions que le médecin va me poser?
L'interrogatoire et l'examen clinique sont capitaux car ils vont permettre de savoir quelle est l'origine du mal de dos et permettre de choisir le traitement le mieux adapté. Le médecin cherche d'abord à savoir où se situe la douleur, plutôt vers le dos ou les fesses, au milieu ou de côté ?

Ensuite, il va rechercher les caractéristiques de la douleur : comment a-t-elle débuté, brutalement ou progressivement, suite un effort ou un faux mouvement? Depuis quand est-elle installée ? Survient-elle le jour ou la nuit ? S’étend-elle à la fesse, la jambe ou à l'aine? Dans quelle position elle diminue?
Comment évaluer ma douleur?
L'évaluation de la douleur par le médecin est un élément important, pour mieux la comprendre, avoir un repère avant d'essayer différents traitements, et analyser les différents éléments qui peuvent l'augmenter.

On peut évaluer la douleur sur une échelle visuelle horizontale de 10 cm (la douleur la plus importante imaginable se situant à l'extrémité droite), ou donner une note sur 10. Si la douleur persiste, on pourra également avoir à remplir des questionnaires qui permettent de comprendre si la douleur s'associe à des éléments psychologiques (anxiété, dépression...), si elle perturbe la vie sociale, affective, professionnelle et si la gêne et le handicap sont importants.

Ces questionnaires sont fournis par les médecins et doivent être discutés avec eux.
La façon dont évolue la douleur est-elle importante?
Oui, il est important de savoir si la douleur était d'emblée maximale et qu'elle s'est atténuée progressivement mais qu'elle persiste ou si au contraire, la douleur s'aggrave progressivement et résiste de plus en plus aux médicaments. Cette dernière situation étant plus inquiétante. L'évolution de la douleur est également importante à connaître.

Il faut rechercher par exemple si la douleur s'installe progressivement, de façon insidieuse la nuit sans raison apparente ou si elle augmente en fin de journée et si dans le passé, il y a déjà eu des épisodes de lumbagos ou de lombalgies invalidantes. A l'issue de l'interrogatoire, le médecin vous indiquera s'il s'agit d'une douleur mécanique souvent modeste au réveil et maximale au coucher ou plutôt d'une douleur inflammatoire qui survient surtout la nuit, obligeant de se lever et cédant progressivement le matin.
Quelles sont les informations recueillies à l'examen clinique?
Le médecin va examiner votre colonne vertébrale, rechercher l'existence d'une déformation comme une scoliose, une cambrure exagérée. Il va également rechercher une position dite antalgique, celle que vous prenez peut-être pour avoir moins mal au dos.

Le médecin va aussi vous demander de faire quelques pas pour analyser votre démarche, de vous pencher en avant pour mesurer la distance de vos doigts au sol et apprécier l'enraidissement de votre colonne vertébrale et de vous incliner latéralement pour étudier votre mobilité. Il peut aussi rechercher une inégalité des membres inférieurs.

Grâce à la palpation du dos, le médecin recherche l'existence d'une contracture musculaire ou d'un point douloureux maximal. Lorsque la douleur parait liée une atteinte de l'articulation sacro-iliaque, l'examen des hanches et des réflexes aux jambes s'oriente vers la recherche d'une possible tendinite du moyen fessier, responsable de douleurs lombaires et de hanche.

Articles similaires :
- Du magnésium en cas de troubles du comportement
- Les bonnes raisons de choisir la cigarette électronique
- Sport de plage : lequel choisir ?
- Les traitements hormonaux à l'origine de certains cancers du sein
- Mincir en buvant, naturellement!
Questions similaires :
- Avez-vous des rituels pour votre bain?
- Possédez vous un appareil pour perndre la tension?
- Qui est déja alé chez l'ostéopate?
- J ai un sterilet depuis 5 an et 6 mois est ce que c est grave si je ne l ai toujours pas fait enlever
- Ma fille est née avec hanches luxées elle a subit un traitement et je voudrais savoir ce qui se passe ensuite?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Meuh78 Publié le 07-07-2009
Voir la fiche de Meuh78
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles