Sexo & Love - Sous l'orage

Agrandir l'image - Sous l'orage © Shutterstock
Sous l'orage © Shutterstock
Sous l'orage
© Shutterstock

Leïla regardait par la fenêtre, de gros nuages noirs s’accumulaient dans le ciel. Bientôt le soleil sera totalement voilé, il fera sombre. L’air se chargera d’électricité, il flottera dans l’air cette odeur si particulière qu’on peut sentir avant un orage. Il y aura un éclair, le bruit du tonnerre, et les nuages se déchireront pour laisser tomber des trombes d’eau.

Leïla pensait qu’elle n’aurait pas le temps d’aller chercher ses enfants pour qu’ils déjeunent tous ensemble et elle laissa un message à la secrétaire du collège pour qu’ils soient avertis et restent à la cantine.

Le tonnerre grondait au loin mais la pluie n’était pas encore là. Il faisait lourd et Leïla quitta son bureau pour aller chercher au distributeur une boisson fraîche et acheter le sandwich sous cellophane qui lui servirait de repas. Elle avait bien fait de mettre ce tailleur de coton léger qui restait supportable malgré la chaleur, par contre, sous la pluie qu’il n’allait plus tarder, ce débardeur blanc avait été une erreur. Ce bureau sans climatisation était un cauchemar, la collègue avec qui elle le partageait était rouge et en nage. Leïla consulta sa messagerie et fut agréablement surprise en entendant la voix de Rémi ; son vieil ami lui proposait de passer la voir. Elle n’attendit pas la fin du message pour le rappeler. Ils ne s’étaient pas vus depuis plusieurs semaines mais leur relation s’était toujours accommodée de ces longues séparations. Ils passaient leurs journées et leurs nuits ensemble pendant un mois ou une semaine et se quittaient du jour au lendemain sans prévenir. Leïla et Rémi ne partageaient pas grand-chose, ils ne connaissaient pas leurs familles respectives, leurs dates d’anniversaires ou leur couleur préférée mais le sexe les ramenait immanquablement l’un vers l’autre.

Quand ils s’étaient rencontrés ils avaient cru tomber amoureux mais les semaines avaient passé et ils s’étaient rendu compte qu’ils partageaient juste une amitié et une entente sexuelle parfaite. Ce constat ne les blessa ni l’un ni l’autre. Rémi multiplia les conquêtes mais revenait toujours dans les bras de Leïla. Leïla trouva l’amour et épousa le père de ses enfants mais même avant de devenir veuve elle accueillait toujours Rémi. Elle avait prévenu son défunt mari qu’elle ne ferait jamais de choix et il avait accepté cela, la jalousie ayant cessé de le ronger quand il avait compris qu’elle n’aimait que lui.

Aujourd’hui, Leïla menait la vie de beaucoup de femmes de la quarantaine ; elle travaillait, s’occupait de ses enfants et avait peu de temps pour elle. Quand elle appelait Rémi ou quand il la contactait, elle se sentait rajeunir, elle avait l’enthousiasme et l’énergie d’une jeune fille de vingt ans sans en avoir les complexes et les inhibitions. Au fil des années, les jeux sexuels avec son amant étaient devenus plus libres. Ils savaient tous deux que certains fantasmes ne se réalisent pas avec n’importe quel partenaire et ils assouvissaient les leurs ensemble, en toute confiance.

Rémi était déjà à l’accueil et la prit dans les bras avant de déposer un baiser sonore sur sa joue. Il avait toujours été très démonstratif et exubérant mais ce jour-là il paraissait particulièrement satisfait et souriait de toutes ses dents. «Ma belle j’ai une surprise pour toi » furent ses premiers mots. Leïla savait qu’il ne l’avait pas appelé pour une innocente dînette et qu’il avait un tout autre projet en tête que de discuter autour d’un sandwich.

« Tu as une lueur lubrique dans le regard» le plaisanta Leïla, «qu’est-ce que tu mijotes ?»
« Tss, tss, c’est une surprise je te dis»

Il l’entraîna vers sa voiture et lui ouvrit galamment la portière.
Ils roulèrent cinq minutes à peine avant que Leïla ne demande à nouveau ce qu’il avait préparé, et où il l’emmenait. Rémi mis un doigt sur sa bouche souriante, elle n’obtiendrait aucune information. Il se gara sur un parking désert, dans une de ces zones industrielles qui bordent toutes les villes et lui dit de descendre. Il se dirigèrent vers un hangar gris et sale et après quelques pas ils reçurent les premières gouttes de pluie. L’orage éclata au-dessus d’eux et ils furent trempés avant d’avoir atteint la grande porte du bâtiment.

Le contraste entre l’extérieur et l’intérieur du hangar laissa Leïla ébahie. Ils venaient de pénétrer dans un loft aux proportions impressionnantes. Il était décoré avec goût et, chose rare pour ce type de logement, il paraissait chaleureux. Leïla restait immobile et une petite flaque se formait à ses pieds. Rémi lui demanda ce qu’elle pensait de cet endroit et elle répondit avec un petit air sérieux qu’elle pourrait tout à fait en tomber amoureuse et l’épouser. Rémi lui fit visiter et elle les admira toutes. Rémi expliquait qu’un ami lui prêtait ce loft, qu’il était sûr qu’elle l’adorerait et qu’il voulait absolument qu’elle le voit, qu’elle adorerait sûrement son ami aussi, et surtout qu’ils y passeraient un moment charmant. « Des semaines qu’on ne s’est pas vus, des jours que j’ai envie de toi ».

La visite s’acheva dans une chambre, ils ôtèrent leurs vêtements et Rémi renversa sa compagne sur le lit. Il embrassa et caressa son corps comme s’il s’y ressourçait. La chaleur rendait leurs peaux moites. Leïla poussa fermement son amant en arrière s’accroupit au-dessus de lui. Elle se pencha elle-même en arrière et appuya les mains sur les cuisses larges et musclées de son amant. Elle fit descendre lentement son bassin et fixait Rémi dont le regard ne pouvait se détacher de son sexe offert, exposé sans pudeur. Elle s’empala sur le sexe en érection. Ils avaient sauté les préliminaires et elle força un peu pour que la grosse verge écarte les lèvres sensibles et la pénètre. Rémi caressait le ventre et les seins lourds de Leïla jusqu’à ce qu’elle se penche sur lui et que leurs corps se collent l’un à l’autre. Il saisit alors ses fesses et accompagna le mouvement de ses hanches. Leïla bougeait lentement, elle sentait le goût salé de la sueur sur ses lèvres et sur celles de son amant. Elle voulait que le plaisir ne s’arrête jamais mais elle voulait ressentir l’explosion de l’orgasme, elle avait chaud mais elle avait la chair de poule. Elle voulait lire la jouissance de son amant sur son visage et se redressa pour qu’il entre plus profondément en elle. Elle mis toute son énergie dans ses coups de rein et fixa Rémi. Elle le vit retenir son souffle, ils gémirent ensemble et jouirent enfin. Leïla s’abattit sur le torse chaud et humide, épuisée. Elle ne retourna pas travailler et ils firent encore l’amour. Ils se quittèrent sans savoir quand ils se reverraient mais ils n’étaient pas inquiets.


Articles similaires :
- Bientôt un préservatif pour les hommes circoncis
- Première soirée ou première nuit avec lui, les erreurs à éviter
- Pratiquez-vous le slow sex ?
- Mon excitante colonie de vacances
- Un fantasme plus vrai que nature
Questions similaires :
- Que pensez-vous des personnes qui critiques les autres cpl que le leur alors que sont cpl ne va pas si bien
- Qui fêtons-nous en ce beau dimanche ?
- Est-ce que quelqu'un a déjà pratiqué des actes libertins avec une autre personne ou un autre couple?
- Avez-vous déjà été a un rendez vous mais
- J'ai encore besoin de votre aide, je suis completement larguée.
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Blairote Publié le 14-01-2009
Voir la fiche de Blairote
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles