Maman - Un cauchemar les yeux ouverts

Agrandir l'image - Césarienne © Shutterstock
Césarienne © Shutterstock
Césarienne
© Shutterstock

L'histoire commence le 4 mai 2010, je ne le savais pas encore mais la vie prenait forme dans mon ventre.

J'ai des doutes sur ce qui se passe quand je me rends compte que j'ai du retard et que j'ai la poitrine qui grossit (pour le plus grand plaisir de mon conjoint) et qui est douloureuse.

19 jours plus tard, la vie est confirmée dans mon ventre par ma gynécologue et mon chéri se fait appeler "papa" pour la première fois de sa vie.

Le bébé qui grandit dans mon ventre me ravit et nous lui trouvons rapidement un prénom quand on nous annonce qu'il s'agit d'un garçon.

Ce sont les plus beaux instants de ma vie, je ne suis pas malade ou très peu, j'ai mal partout mais je suis heureuse.

Il doit arriver pour le 4 février 2011, j'ai peur qu'il ne soit en avance et qu'on doive aller en voiture jusqu'à la polyclinique dans la neige. Cet hiver, il y en a beaucoup.

Mais bébé n'est pas pressé de venir au monde, il est même prévu de le déclencher le 7 février (le même jour que son papa) et finalement le 6 février à 6h du matin, j'ai mes premières contractions.

Je suis les indications et décide de prendre un bain qui n'a pas d'effet sur la douleur mais c'est drôle de regarder mon ventre avoir des spasmes au moment de la contraction.

A 8h, nous nous présentons à la polyclinique car ce n'est pas "un faux travail" mais après monitoring et examen, on m'annonce que je rentre chez moi car mon col est à peine ouvert d'un doigt.

Pour rappel, pour la péridurale qui va soulager et accélérer l'ouverture, il faut être à 4/5 centimètres et bébé sort quand on est à plus de 10 centimètres.

Je repars donc à la maison car je ne suis pas assez ouverte.
Je n'ai pas de calmants et les douleurs sont de plus en plus fortes et se rapprochent en temps mais je suis heureuse, mon bébé va bientôt être dans mes bras.

A 20h, mon conjoint n'en peut plus de me voir me tordre de douleur mais on nous annonce que je suis toujours ouverte d'un doigt pas plus. Cette fois, on nous installe dans une chambre à côté de la salle de travail.

A minuit, je n'en peux plus et je demande à la sage-femme de faire quelque chose et voilà que je vais faire un tour dans la baignoire. Ca me soulage quelques instants mais la douleur des contractions revient. Je reste dans l'eau car on m'a dit que cela pouvait aider à ouvrir le col.
A 4h, je veux sortir de l'eau.

Je suis donc installée dans la salle de travail et on appelle l'anesthésiste et ma gynécologue, je suis ouverte de 3 centimètres.

La sage-femme décide de percer la poche des eaux. A partir de là, j'ai un masque où je dois respirer pendant les contractions qui sont plus violentes et plus douloureuses. Je n'ai jamais ressenti de douleurs aussi intenses, j'ai la chance que mon conjoint soit près de moi pour cette épreuve.

J'ai tellement de liquide amniotique qui sort que ça déborde de partout, mon ventre est moins distendu, c'est brulant sur mes jambes et mon rêve tourne au cauchemar.

Le liquide est teinté, il n'est plus bien dans mon ventre mais son coeur bat de façon régulière pendant que la sage-femme essaye de me rassurer.

Après 22 heures de contractions, l'anesthésiste arrive, il commence à se disputer dans le couloir avec la sage-femme car personne n'a su joindre ma gynécologue. Puis il m'annonce "Madame, vous vous rendez compte, vous avez pris 22 kilos. Vous êtes trop grosse, nous ne sommes pas sûrs que la péridurale fasse effet. Nous allons faire une césarienne".

Je n'ai pas eu l'impression d'être obèse. Je faisais 87 kilos pour 1.67m et j'ai pris 22 kilos pour ma grossesse mais je n'avais pas le choix. J'ai regardé une dernière fois mon conjoint, je lui ai dit que je l'aimais et ils m'ont emportée au bloc.

Là, ils ont posé une rachi (encore plus douloureux que les contractions), le bas de mon corps s'est paralysé et je n'ai plus rien senti. Plus de douleurs mais je les sentais travailler, sur le moment je ne me suis rendue compte de rien.

Ils ont sorti mon bébé de mon ventre, ils me l'ont montré par dessus le drap puis ils l'ont emporté pour lui donner les soins.
Antoine est né le 7 février à 4h45. Jusque là, je suis encore heureuse : mon bébé va bien, il fait 54 centimètres et pèse 3kg450.

Je suis en plein cauchemar et je ne le sais pas. Après quelques heures, la réalité revient.

Je n'ai pas l'impression d'avoir accouché, je ne réalise pas que le bébé dans mes bras c'est le mien. La césarienne s'est bien passée pour eux, tout le monde me dit que j'ai une belle cicatrice (la bonne blague), que je dois être contente d'avoir un beau bébé.

Mais moi, je vois que je ne pourrais plus m'habiller normalement, mon ventre est déformé, il fait des protubérances autour de la cicatrice. Mes sous-vêtements en dentelle (que mon chéri adore), je ne les porterai plus, je ne supporte aucun contact sur la cicatrice car ils m'ont ouvert verticalement, du pubis jusqu'au nombril.

J'ai 27 ans mais cette cicatrice a volé ma jeunesse, elle a gâché ma vie. Depuis, je ne supporte plus mon reflet dans le miroir, je n'arrive plus à avoir de rapports avec mon conjoint sans penser à cette cicatrice qui sépare mon ventre en deux.

Je n'arrête pas de me dire que le chirurgien n'avait pas le droit de me faire ça, que si j'étais restée dans la baignoire tout cela ne serait pas arrivé. Ma gynécologue aurait, oui, fait une césarienne, mais elle aurait fait le nécessaire pour que j'en garde le moins de séquelles pour que la cicatrice ne soit pas visible, que se soit horizontal.

Je garderai un ventre déformé autour de cette cicatrice, j'ai l'impression que ma jeunesse s'arrête là.

Aujourd'hui je ne suis plus la même. J'ai l'impression que je ne pourrai plus sourire sincèrement au gens, que je ne serai plus jamais heureuse.

Le pire cest que quand j'essaye de m'exprimer, personne ne comprend, tout le monde me répond que j'ai un beau bébé et que je dois être contente.

Est-ce que les autres mamans qui on eu ce qu'on appelle une césarienne bikini ont eu un bébé en mauvaise santé ? Est-ce qu'ils sont laid leur bébé ?

J'arrête là, vous vous dites sûrement que je suis un monstre d'égoïsme, peut-être, peut-être pas....Je suis juste malheureuse depuis 3 mois...


Articles similaires :
- Le divorce des grands-parents
- Récit d'une mère face au surpoids de son enfant
- Les clefs d'une diversification réussie.
- Etes-vous enceinte ?
- Le pot Beco Potty : le pot 100% biodégradable
Questions similaires :
- Comment faire obéir un ado de 14ans ? Moi je démissionne ! Il est dehors avec des potes et se fiche de moi!
- Aviez vous des principes d'éducation
- Dans votre famille, y-a-t-il des differences de faites entre vos enfants ?
- Pensez-vous que 7. ça suffit?
- Un grand bonjour et une grande nouvelle!
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Dans_le_vent Publié le 09-05-2011
Voir la fiche de Dans_le_vent
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles