Sexo & Love - Une bêtise de jeunesse

Agrandir l'image - Une bêtise de jeuness © Shutterstock
Une bêtise de jeuness © Shutterstock
Une bêtise de jeuness
© Shutterstock

Maman, tu peux me dire comment je suis née ?

Ces quelques mots, Elise vient de les dire à sa mère, Émilie, assise devant la télévision un dimanche soir. Elise est une petite fille de 4 ans, très éveillée pour son âge et très curieuse. Sa mère, âgée aujourd'hui de 23 ans est une jeune maman célibataire, vivant toujours chez ses parents, qui vient de reprendre, cette année, les études. Une fois la belle histoire comme dans les contes de fées racontée à sa fille, elle la mit au lit pour la nuit et en se rasseyant sur le divan, se remémora cette époque, où la jeune femme était sans crainte et sans soucis.

4 ans auparavant, elle adorait sortir avec ses ami(e)s et ne se souciait guère des autres personnes. De tempérament plutôt impulsif, elle ne se laissait jamais influencer et assumait complètement ses actes.

Samedi après-midi, son portable sonne. Fanny sa meilleure amie se trouve au bout du téléphone et l'informe, toute excitée que Jonathan, le garçon sur lequel Émilie craque depuis quelques mois vient de les inviter toutes les deux à son anniversaire. Ce jeune homme, de famille plutôt riche, vient d'avoir 18 ans et ses parents lui ont organisé dans une grande salle des fêtes une soirée avec toutes les personnes qu'il désire. Naturellement, pour faire les choses en grand, il a invité quasiment tous les élèves de son lycée.

Les deux amies, dans l'euphorie de passer une bonne soirée et de voir ce garçon se retrouvèrent donc chez Fanny afin de se préparer comme il se doit pour cette fête. Rien n'est oublié : petite robe, bijoux, maquillage, parfum fétiche, chaussures assorties et coiffure. Les voilà en route, grâce à la mère de Fanny, vers la salle communale, où il est également prévu de passer la nuit pour éviter de rentrer en pleine soirée. Les tentes sont déjà installées sur le terrain de foot voisin, manque plus que la musique commence et les jus de fruits soient servis pour passer une excellente soirée.

Dès le départ des parents, les jus de fruits laissent très vite place à toute sorte d'alcool sortis d'un peu partout. Jonathan, très futé avait demandé à un de ses amis ayant déjà le permis de tout garder dans le coffre de sa voiture jusqu'à ce que le danger soit écarté.

Les verres se remplissent, puis se vident et se re-remplissent tout le long de la soirée. Le "danceflor" ne désemplie pas et les vapeurs d'alcool montent à la tête de chacun. En plus du liquide, certains lycéens sont connus pour être des consommateurs de substances illégales, du shit comme ils disent, et l'odeur atmosphérique laisse à penser que cette soirée est également un lieu de "fumette".

Les meilleures amies sont là, toutes deux à discuter et à chercher un moyen d'approcher Jonathan lorsqu'il arrive vers elles, les saluant. Émilie est aux anges et ne peut s'empêcher de rougir lorsque ce dernier lui sourit en lui tendant un verre de Gin-Cola. Est-ce un hasard si justement le Gin-Cola est la boisson alcoolisée préférée d'Émilie. Est-ce un hasard également si les doigts d'Émilie frôlent ceux du beau jeune homme en attrapant le verre ?

La soirée passe rapidement, et la foule commence à s'atténuer. Il est 4h du matin et chacun à leur tour vont rejoindre leur tente, tous plus ou moins imbibés d'alcool. Les deux amies sont toujours là, proches de la sono qui continue à envoyer du son. Elles ne s'entendent quasiment pas mais n'en ont pas besoin, un simple regard et elles se comprennent rapidement, une sorte de télépathie que les deux jeunes femmes ont adopté.

Vers 4h30 du matin, la salle est vide et très calme, tout le monde est parti dormir le peu de temps qu'il leur reste. Et Jonathan est déjà en train de ranger les cadavres de cannettes de bière et de bouteilles de tous les alcools avant l'arrivée de ses parents le lendemain soir. Il s'efforce de rendre invisible toute trace d'alcool pour rester le garçon parfait à leurs yeux et ne pas perdre leur confiance. Émilie, toujours aussi amoureuse, mis un plan en route avec son acolyte, et voilà que Fanny salut les deux personnes et file sous sa tente. La piste est enfin libre pour la jeune femme et elle compte bien en profiter.

D'un pas décidé la voila approchant de Jonathan, et sans mot dire lui prend le sac poubelle des mains et commença à débarrasser les tables pour pouvoir l'aider. Le jeune homme est assez surpris, en effet personne n'est resté l'aider et il ne pensait absolument pas qu'elle s'en serait souciée. Les voila donc par un jeu de regard à faire un concours de la personne qui débarrasse le plus vite les tables et au bout de 20 minutes, toutes traces d'alcool avaient totalement disparues de la salle. Leur petit jeu les avais remis en forme et aucun des deux ne voulu aller dormir.

Pour passer le temps Émilie proposa de poser des matelas gonflable au sol dans la salle avec tout plein de couvertures et de rester tranquillement à discuter en attendant que les premiers invités ce lèvent. Émilie ne perdait pas l'objectif de sa soirée, et par un jeu de regards, de mimiques et de petits mots bien placés, son action commençait à porter ses fruits. Le récit de leur jeune enfance terminé, les voici en train de visionner les photos de chacun d'entre eux sur leur téléphone portable. Couchés côte à côte, les têtes collées les photos défilaient sous leurs yeux mais les deux jeunes n'y prêtaient pas beaucoup d'importance. Ils avaient la même envie... s'embrasser.

A bout d'un moment Jonathan décida de faire le premier pas, lâcha le téléphone portable des yeux, le posa à côté de lui et regarda la jeune femme. Tous deux les yeux dans les yeux, le premier baiser s'échangeait enfin. Le duvet de Jonathan ouvert, il ne put s'empêcher de mettre la main sur la fermeture éclair du duvet de sa belle. Cette dernière avait compris où il voulait en venir et se refusa de se donner à un homme dans cet endroit où l'on peut les surprendre à tout moment. A cet âge, les rumeurs et les moqueries vont bon train et Émilie ne souhaitait pas se retrouver la cible de tant de méchanceté.

L'envie de son partenaire était quand même très forte, et au bout d'un quart d'heure d'embrassade et de caresses discrètes, Émilie sortie les mains de son duvet pour pouvoir toucher son partenaire. L'accès à la fermeture éclair enfin libre, Jonathan ne perdit pas une seconde, et voyant que sa belle ne faisait aucun blocage continua en passant sa main sous la robe d'Émilie.

Les duvets entièrement ouverts, Jonathan d’un geste rapide passa sa jambe de l’autre côté de sa belle pour se retrouver couché sur elle. Coincée sous lui, Émilie ne pouvait que se plonger dans les yeux du jeune homme et se laisser guider par ses baisers, passant sur la bouche, sur la joue, glissant dans le creux du cou. Il releva la tête pour admirer Émilie et posa ses lèvres sur sa clavicule gauche, aussi lentement que possible. Et tandis que sa main découvrit un sein en baissant les bretelles de sa robe, Émilie ressenti des frissons lorsqu’il accéda à son téton. Toujours sans quitter les yeux de la belle, Jonathan souffla doucement au creux du nombril de sa partenaire, cette dernière ne pût s’empêcher de fermer les yeux afin de favoriser le sens du touché. Elle ne rouvrira pas les yeux de toute la scène.

Elle sentie tout ce qu’il faisait, y compris lorsqu’il enlevait son string et qu’il se recoucha entièrement sur elle. Le parfum du jeune homme la rassura. Jonathan, couché sur sa belle et en train de l’embrasser se servi d’une main pour lui caresser les cheveux, son autre main, descendue beaucoup plus bas, frôlait son clitoris depuis maintenant cinq bonnes minutes. Tellement troublée et concentrée sur les sensations que lui faisait éprouver Jonathan, elle ne s’aperçut pas qu’il avait eu le temps de se déshabiller, elle le comprit lorsqu’elle senti sur sa cuisse le pénis dur de son homme. Émilie ne tenait plus, elle voulait aller plus loin dans l’expérience, écarta ses cuisses et senti le sexe de Jonathan frôler son clitoris devenu très sensible. Un petit gémissement se laissa entendre, camouflé par les baisers de John.

Toujours les yeux fermés, la respiration presque coupée, Émilie attrapa les cheveux de son homme et lui murmura « vas-y ! Dépêche-toi ! ». Ces quelques mots suffisaient pour faire monter le plaisir d’un degré supplémentaire et il n’hésita pas à se plier aux ordres de sa belle. Toujours sur elle, les mouvements de va-et-vient chatouillaient aussi le clitoris d’Emilie, qui savoura chaque seconde de cette pénétration.

Émilie tenait toujours les cheveux de son homme, et plus le plaisir montait, plus la jeune femme serait les doigts et tirait sur les cheveux. Jonathan, comprenant ce qui se passait accéléra en fonction de la pression des doigts de sa belle. «Encore» lui cria Émilie, suivi d’un gémissement quasi inaudible, d’un seul coup elle lâcha les cheveux de son homme pour se laisser aller de tout son corps, l’orgasme était là, la faisant se dandiner, ne maitrisant plus rien du tout.

Jonathan se retira et termina le « travail » avec ses mains, afin d’arriver également à la jouissance. Sentant son éjaculation proche, il la pénétra encore une fois pour lui donner du plaisir et éjacula en elle.

Épuisés de leur soirée et de leur moment torride, ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre jusqu’au lendemain. Quelques heures plus tard, ils furent réveillés par Fanny qui était la première levée. Voyant les deux amoureux endormis côte à côte, elle comprit ce qui c’était passé et les réveilla vite afin de ne pas se faire surprendre par leurs amis.

Une fois terminé, tout le monde rentra chez eux et ne parlèrent plus de cette excellente soirée, tous sauf une personne… Émilie.

En effet, quelques semaines plus tard, un mal étrange dans le ventre la fis consulter un médecin et le résultat fût sans appel, elle était enceinte, et se rappela que ce soir là, ils avaient eu une relation sexuelle sans protection. Trop sensible et fragile pour avorter Émilie, avec l’accord de sa famille, décida de garder cet enfant et de l’élever du mieux possible. 4 ans après, Émilie n’a jamais revu Jonathan et a donné naissance seule à une petite Elise qui se porte à merveille mais qui, malheureusement, ne connaitra jamais son père.


Articles similaires :
- Sexe-crashing : quand l'amour fait mal !
- Un peu de chaleur avec les vibro glaçons
- Avoir confiance en soi pour faire des rencontres
- La fille sans imagination - Chapitre Trois
- L'interdit - Première Partie
Questions similaires :
- Aimez vous les calins?
- Avez-vous un objet fétiche ?
- Que faudrait il faire pour qu'ils évoluent?
- Urgent pilule
- Comment faire kan on aime toujours une personne au bout de 1 ans 1/2 .
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Korkydoux Publié le 02-08-2009
Voir la fiche de Korkydoux
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : ysis74 Le 14-10-2009 à 22:28
Eh bé dis donc, c'est chaud bouillant, en tout cas bien écrit, bisous coquine!

Ecrit par : sebanddaisy Le 14-10-2009 à 20:00
Fiction ou réalité , je ne sais pas, mais c très bien écrit, bravo a toi, j'adore lire tes récits, gros bisou

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles