Sexo & Love - Une matonne pas comme les autres

Agrandir l'image - Une matonne © Shutterstock
Une matonne © Shutterstock
Une matonne
© Shutterstock

Valérie, était une belle femme d’une quarantaine d’année. D’origine martiniquaise, elle avait le teint hâlé, brune aux grands yeux verts avec de belles dents bien blanches, des lèvres pulpeuses et une poitrine généreuse qu’elle ne cessait de mettre en valeur. Divorcée deux fois elle était aujourd’hui célibataire. Elle était gardienne de prison. Elle côtoyait tous les jours les plus grands bandits mais savait se faire respecter.

Un lundi matin, un nouvel arrivant était prévu pour 10h, elle prit l’initiative d’aller l’accueillir, car ses collègues, tous des hommes ce jour-là, ne voulaient pas le faire. Ils étaient surtout tous en pleine partie de poker.

Elle s’engagea dans le grand corridor sombre, loin de penser à ce qui l’attendait à l’entrée de la prison. Elle tenait ses clés dans ses longues mains aux ongles vernis de rouge. Le cliquetis des clés ne cessait de résonner, les prisonniers eux, étaient accrochés à leurs portes pour regarder la belle Valérie, marcher dans le couloir, en faisant danser son bassin.

Elle savait très bien qu’elle était belle, et qu’il fallait qu’elle fasse attention aux prisonniers, mais elle n’avait pas peur. Arrivée devant la grande porte, elle l’ouvrit et entra dans le sas ou était présent un de ses collègues. Elle lui fit la bise et il lui dit :
- « la personne attendue est loin d’être un tendre, homicide volontaire plus viol sur quinze jeunes femmes, je ne donne pas cher de sa peau ».

La porte s’ouvrit et Valérie regarda cet homme avec de grands yeux. Il était beau comme un dieu, 1m90 au teint mâte, des yeux verts comme elle, très bien bâtit. Elle baissa les yeux avant de relever la tête d’un air étonné. C’était un de ses amis d’enfance, son premier amour. Il resta bouche bée, lui aussi. Elle se présenta alors comme le chef du service pénitencier dans lequel il venait d’être incarcéré.
- « Inutile de vous rappelez les faits pour lesquels vous êtes là, n’est ce pas ? »
« Non » rétorqua t-il d’un ton très imposant.

Son collègue procéda alors à une fouille intégrale de l'homme, il lui enleva lacets, ceinture et lui demanda de se déshabiller. Valérie se retourna alors pour ne pas regarder. Elle avait une envie folle de le regarder nu, il était encore très excitant malgré les faits qu’il avait commis. On lui donna une tenue grise, un pull et un pantalon de jogging.

Valérie fit comme si elle ne le connaissait, pas, de peur qu’il soit muté dans une autre prison avant qu’ils n’aient pu discuter un peu. Elle remercia son collègue, il lui demanda si elle voulait une escorte pour l’emmener en cellule. Elle lui répondit avec un grand sourire :
- « Non merci Jean Pierre, j’ai déjà a eu affaire à pire que ça ».

Elle s’engagea derrière le prisonnier. Jean Pierre, lui referma la porte. Ils étaient seuls dans ce grand couloir qui menait aux cellules. Tom se retourna, la regarda et lui dit :
- « Tu as bien changé depuis tout ce temps, tu es tellement magnifique».
Valérie lui répondit :
- « Toi aussi, mais maintenant c’est du passé, je travaille ici. Toi tu es un prisonnier. S'ils apprennent que nous nous connaissons, je risque ma place et toi d’être muté alors ici nous ne nous connaissons pas, aucune familiarité entre nous. Tu as bien compris Tom ?? ».
C’est alors qu’il la prit dans ses bras et l’embrassa fougueusement.

- «Tom qu’est ce que je viens de te dire ? As-tu seulement compris ?»
- «Non, tu es tellement excitante que je ne peux m’empêcher» répondit il.
Il la plaqua contre le mur et commença à se frotter à elle. Valérie tenta alors de sortir sa matraque, mais il l’avait déjà dans les mains, elle savait que dans ce couloir il n’y avait pas de caméras.

- « Tom ça suffit ! C’est comme ça que tu procédais avec les jeunes femmes que tu as sauvagement violées et assassinées de sang froid ? » cria-t-elle.

- « Non c’est elles qui m’ont cherchée. Toi, ce n’est pas pareil, tu m’excites, j’ai envie de toi de ta poitrine, de sentir ton sexe chaud sur ma bouche. Oh oui j’ai tellement envie de te prendre».
Valérie commençait à être elle aussi excité. Elle savait qu’elle jouait sa place. Elle pouvait mentir, si on l’apercevait, elle pouvait dire que c’était lui. Du fait de son passif on la croirait elle plus que lui.

Elle se laissa alors aller. Elle le repoussa commença à se déhancher devant lui tout en se déshabillant, elle voulait le rendre fou. Il se déshabilla en même temps, laissant apparaître son sexe, il était impressionnant. Déjà bien excité, il commença à se masturber devant elle qui lui faisait un strip-tease. Il s’approcha d’elle la plaqua contre le mur, se frotta contre elle tout en l’embrassant fougueusement. Il descendit au creux de son cou, puis sur sa superbe poitrine.
- « Comme tu es excitante, tu as vraiment changé, tu es d’une beauté, tu me rends fou» lui dit-il.
- « Tais toi, continues ». Il exécuta cet ordre, il embrassa alors son ventre avant de descendre sur son sexe épilé. Il fit jouer sa langue sur son clitoris avant d’attraper la matraque et de la frotter sur le sexe de sa belle.
- « Ça t’excite hein ? »
- « Oh oui !! Continues» répondit-elle. Il remonta sur sa poitrine, elle l’embrassa, leurs deux langues jouaient alors pendant qu’ils se caressaient mutuellement.

Elle s’agrippa à lui, plaquer contre le mur, il la pénétra, violemment. Ils jouirent tous les deux. Elle savait qu’elle risquait sa place mais cela était tellement excitant. L’interdit elle aimait ça.

Au bout de vingt longues minutes, elle entendit une annonce "Valérie est demandée d’urgence au 3° étage". Elle lui demanda d’accélérer, elle ne pouvait pas se permettre de ne pas y aller. Il la prit alors violemment et ils poussèrent un grand cri.

Ils se rhabillèrent en quatrième vitesse. Elle le regarda et lui dit :
-« C’est la première et la dernière fois, si tu dis quoi que ce soit, on s’occupera de ton cas. Ok Tom ? ». Tom la regarda, et lui dit :
- « Oui chef » d'un ton ironique.

Elle emmena Tom dans sa cellule, une cellule sans compagnons de cellule car les violeurs sont très mal vu en prison. Ils deviennent alors une proie très vulnérable dans cet endroit.
Valérie laissa entrer le prisonnier
- « Je reviendrai plus tard voir si vous êtes bien installé Monsieur. »
Elle tourna les talons referma la porte à clé derrière elle et partit.

Valérie et Tom continuèrent leur petit jeu pendant un an et demi avant que Valérie soit dénoncée par un des prisonniers dont elle refusait les avances. Elle fût mise à pied et Tom muté à 1000 kilomètres d’elle.


Articles similaires :
- Comment s'occuper quand notre chéri nous manque ?
- La routine : facteur principal de rupture !
- Amour de vacances : comment le faire durer ?
- La gourmandise : est-ce un vilain défaut ?
- Les 10 premiers fantasmes féminins
Questions similaires :
- Besoin d'aide svp
- Avez-vous connu vos arrières grands parents ?
- Maman de 42 ans, je souhaite partager mon intimité avec une femme. Comment m'y prendre ? Merci pour vos idées
- Aimez vous les calins?
- Votre homme ce masturbe t'il sur des site porno ? Si oui comment le vivez vous ?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Louloutine06 Publié le 06-11-2009
Voir la fiche de Louloutine06
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles