Sexo & Love - Une nouvelle vie - Chapitre Trois

Agrandir l'image - Une nouvelle vie © Shutterstock
Une nouvelle vie © Shutterstock
Une nouvelle vie
© Shutterstock

Émilie connaissait Thomas depuis quatre mois quand elle réalisa que leur relation ne pourrait pas durer. Thomas était un homme charmant et attentionné et il lui apportait la douceur dont elle avait toujours rêvé. La jeune femme culpabilisait de ne plus se satisfaire de ce qu’elle pensait avoir toujours recherché.

Elle avait repoussé les hommes et leur libido agressive, refusant l’idée que l’un d’eux pourrait à nouveau mettre son sexe en elle.

Aujourd’hui un homme savait l’aimer physiquement avec tendresse et précaution et ça ne lui suffisait plus. L’impuissance de Thomas qui l’avait rassurée dans un premier temps devenait une frustration au fur et à mesure qu’elle reprenait confiance en elle et dans les hommes.

Lorsque Thomas la quittait au lendemain d’une nuit d’amour où il l’avait une fois de plus menée à la jouissance, Émilie se surprenait à ressentir une certaine mélancolie. Elle crut comprendre que ce sentiment était lié à son insatisfaction et, toute étonnée d’avoir osé faire ça, elle revint un soir chez elle avec un accessoire acheté dans un sex-shop.

La jeune femme rentra chez elle et déballa l’instrument qu’elle avait choisi rapidement et un peu au hasard, honteuse d’évoluer dans les rayons d’une telle boutique. Elle se déshabilla et enfila un léger et ample peignoir avant de se laisser tomber dans son large fauteuil, face à la fenêtre. Elle regardait au-dehors et son regard se posait sur les arbres du parc voisin, elle laissa ses pensées dériver. Elle songea à Thomas, à son regard brun si chaleureux, son sourire qui lui donnait instantanément envie de faire l’amour.

Elle commença à passer les mains sous les pans de son peignoir en imaginant qu’il s’agissait des mains de Thomas, sèches et presque rugueuses dont le contact contrastait tant avec la douceur de ses gestes.

Émilie se renversa et ferma les paupières, s’enfonçant plus loin dans sa rêverie. Elle imaginait Thomas au-dessus d’elle, enfermant un sein au creux d’une main tandis qu’il écartait ses cuisses de l’autre. Émilie, seule dans son large fauteuil, sentait presque la présence de son amant et dans son fantasme elle lui souffla « prends-moi cette fois, je veux sentir ton sexe tout au fond de moi enfin » ; et Thomas lui répondait dans un sourire en sortant sa tige toute raidie pour exaucer son désir.

Le souffle court, Émilie tâtonna sur la table basse à la recherche de son godemiché et l’appuya doucement à l’orée de son sexe humide. Son excitation redoubla au contact de l’objet frais et dur, elle écarta ses lèvres sensibles du doigt et se pénétra dans un râle de bien-être. Elle commença par un lent et peu profond va-et-vient, savourant le contact de l’objet en elle et la facilité avec laquelle elle le faisait aller et venir.

Bientôt son désir se fit plus pressant et, imaginant Thomas en elle, elle enfonça son jouet bien plus loin. Elle imaginait toujours Thomas sur elle, son corps réchauffé par l’effort, son souffle sur son visage et ses fesses se contractant à chaque coup de rein qui enfouirait sa tige grosse et gonflée tout au fond d’elle.
Elle gémit quand elle sentit la jouissance arriver et resta quelques instants les paupières closes, appréciant le répit donné à son corps et à son appétit grandissant.

Émilie ne se pouvait se contenter de ce substitut. Après quelques jours de ce régime sa frustration ne cessait de croître et elle se résolue à avoir une conversation grave mais nécessaire avec Thomas.

Comme souvent ils se retrouvèrent ce soir là chez elle après avoir dîné. Émilie n’avait pas vraiment touché à son repas, anxieuse de songer à la suite des événements. Elle était déterminée à prononcer le mot « séparation » si Thomas ne prenait pas la décision de lutter contre son impuissance, ou tout du moins d’essayer.

Thomas s’approcha d’Émilie et commença à déboutonner la tunique de fin coton de la jeune femme. Il en écarta les pans et tirant sur son soutien-gorge en fit sortir les globes charnus qu’il se mit à lécher de la pointe de sa langue. Émilie sentit sa gorge se nouer de plaisir et toutes ses résolutions s’envolèrent. Thomas la fit s’allonger sur l’épais tapis lui murmurant entre deux mots tendres qu’il avait trop envie pour perdre du temps à gagner sa chambre « je veux te faire l’amour là, tout de suite ».

Émilie sentait les lèvres de son amant baiser son ventre et descendre toujours plus bas et ses mains ouvrir son pantalon. Il tira sur le pantalon, entraînant le léger slip de la jeune femme du même mouvement. C’est à ce moment qu’Émilie ouvrit les yeux et que son regard tomba sur le fauteuil où elle avait pris tant de plaisir à imaginer le sexe de son amant en elle. Elle se ressaisit suffisamment pour repousser Thomas et sous le regard interloqué du jeune homme elle faillit fondre en larmes. Comme le premier jour de leur relation elle se jeta à son cou et lui dit sa frustration et sa peine «grâce à toi j’ai à nouveau confiance, et je t’aime et je veux tout de toi, je veux que tu me prennes totalement. Je veux sentir ton sexe en moi et je veux te sentir jouir en moi ».

Thomas restait muet, semblant réfléchir. Après ce qui parut une éternité à Émilie il prit la main de la jeune femme et la posa sur son entre-jambe. Emilie sentait une masse énorme et dure sous le tissu et comprit que l’impuissance de Thomas n’était qu’un mensonge. «Pourquoi ?» lui lança-telle comme un défi. Il lui expliqua comment il avait eu le coup de foudre pour elle et comment sa sœur lui avait raconté son douloureux passé. Il ne voulait pas la brusquer, il voulait l’approcher sans l’effrayer et n’avait rien trouvé de plus rassurant que cette histoire d’impuissance.

Émilie lui avoua presque timidement qu’il ne pourrait jamais l’effrayer et qu’elle avait plus que jamais envie de lui. Comme dans ses rêves, Thomas l’étendit sur le dos et révéla toute sa virilité. Le jeune homme dominait de sa large stature Émilie allongée, et elle ne pouvait détacher le regard du membre long et dressé, du gland lisse et dilaté. Elle se redressa pour pouvoir le baiser et sentant sous ses lèvres les spasmes de plaisir du sexe tendu, elle ne put résister et le mit en bouche pour sentir toute cette raideur sur sa langue, le sucer et l’aspirer.

Thomas passait ses doigts dans les cheveux d’Emilie et quand il fut prêt de jouir il tira la tête de la jeune femme en arrière. Il respira plusieurs fois pour reprendre un peu de son calme et saisit les hanches d’Emilie, lui faisant comprendre ce qu’il attendait d’elle. Elle s’étendit à nouveau et écarta les cuisses. Une légère appréhension la gagna ; le sexe de Thomas était long et très gros et elle se demandait s’il ne lui ferait pas mal. Comme s’il avait entendu ses craintes Thomas mit en elle un doigt puis un autre, le sexe mouillé de la jeune femme les accueillait facilement et son amant paru satisfait.

Emilie sentit contre son sexe la pression du gland de Thomas alors qu’il avait toujours ses doigts en elle et tandis qu’il sortait les premiers il planta en elle sa tige démesurée. Il l’enfila d’un unique coup de rein et Émilie jouit immédiatement. Thomas était tel qu’elle l’avait imaginé et ses coups de reins suivaient un rythme sensuel et hypnotique. Il allait et venait toujours, accordant son mouvement selon ce qu’il pouvait lire sur le visage d’Emilie et quand il la sentit à nouveau ivre d’excitation il s’abandonna lui aussi. Il la baisa sans retenue, avec une frénésie presque animale, n’ayant plus peur ou plus conscience de la violence de son désir. Emilie goûtait cette sauvagerie avec bonheur car elle était l’expression d’une sexualité passionnée et non d’une rancœur de virilité malmenée. Ils s’oublièrent totalement, leurs souffles se mêlèrent et ils jouirent ensemble leurs corps moites collés l’un à l’autre.

Thomas avait réconcilié la jeune femme avec sa vie passée, avec le sexe.
Ils surent cette nuit-là que de nombreuses autres les attendaient.


Articles similaires :
- Mon ex est dans ma classe...
- Dévoilez vos sentiments amoureux grâce à Wishide !
- Comment réussir sa soirée pour la Saint Valentin ?
- Ma rencontre avec Tim
- Fabriquer des boites à dragées soi-même pour son mariage
Questions similaires :
- Comment reconnaître un homme infidèle
- Qu'est ce qui est pire?
- Avez-vous déja été tromper par votre petit copain ou ptite copine?
- Vous discutez avec un chouette gars sur un site de rencontre, il est gentil, doux, intéressant
- Nouveaux préservatifs pour hommes circoncis. Qu'en pensez-vous, réel intérêt ou coup marketing ?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Blairote Publié le 19-11-2008
Voir la fiche de Blairote
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles