Maman - Vivre un déni de grossesse

Agrandir l'image - Mon fils à 5 minutes de vie
Mon fils à 5 minutes de vie
Mon fils à 5 minutes de vie

On parle beaucoup du déni de grossesse avec toutes les histoires horribles qu'on a pu entendre à la télé ou lire dans les journaux. Mais tous les dénis de grossesse ne se terminent pas aussi mal.

J'ai appris que j'étais enceinte alors que j'entrais dans mon 6eme mois de grossesse. Je n'avais rien senti auparavant. Pas de nausées, pas de vertiges, mon cycle menstruel était déjà très aléatoire donc cela ne m'a pas inquiété. Mon ventre ne s'est pas arrondi, mes seins non plus. J'avais parfois des crampes mais rien de significatif.

Alors que s'est-il passé dans mon corps, dans ma tête, pour que ce bébé ne se manifeste pas. Pourquoi voulait-il se faire le plus discret possible ?

J'avais 36 ans et depuis longtemps je me disais que je n'aurais pas d'enfants. J’ai eu une enfance très malheureuse (maltraitance physique et psychologique par ma mère, attouchements sexuels par mon beau-père) l'idée d'être mère, d'avoir une famille ne me disait rien, cela me faisait même très peur.

Pourtant j'aimais les enfants, je me suis occupé pendant très longtemps des enfants de mon frère et quand j'étais étudiante j'étais inscrite dans une agence de baby-sitting cela a duré 5 ans. J'aime être au contact des enfants, les écouter poser mille questions, les laisser gagner quand on joue, leur tenir la main en marchant, faire toutes ses petites choses qui ne sont rien mais pour eux sont beaucoup.

J'ai quitté un amoureux après 3 ans de vie commune car il voulait savoir quand on aurait un enfant. J'avais 27 ans j'étais libre bien dans ma peau entourée d'amis je ne voyais pas l'intérêt d'avoir un enfant. Quand on me posait la question je disais que j'aimerai bien adopter, qu'avec tous ces enfants malheureux pourquoi encore donner la vie alors qu'on pouvait en sauver une.

A 29 ans j'ai fait une grosse dépression déclenchée par des soucis au travail, accrue par des problèmes familiaux. J’ai fait plusieurs tentatives de suicide, j'ai séjourné en hôpital psychiatrique, j'étais suivi par un psy : la vie n'avait plus de goût pour moi; je m'éloignais des gens que j'aimais et qui m'aiment. Cela a duré 4 ans.

Puis j'ai rencontré celui qui allait devenir le père de mon fils. Il m'aidait beaucoup, était très attentionné, tout paraissait plus simple, plus facile avec lui. Il était beaucoup plus jeune que moi avec lui je revivais une nouvelle jeunesse.

Un vendredi j'ai eu du mal à me lever, je me sentais pas très bien mais impossible de dire pourquoi et où j'avais mal. Il a insisté pour que j'aille voir mon médecin.

Le médecin m'ausculte, ne trouve rien d'anormal, il palpe mon ventre et dit : je crois que vous êtes enceinte. Je lui dis que ce n'est pas possible, il me donne quand même une ordonnance pour une prise de sang. J'étais livide mais dans ma tête c'était clair : si je suis enceinte j'avorterai.

Mon amoureux a très mal pris la chose, il a dit que sa vie était gâchée, que c'était trop tôt pour lui d'avoir un bébé. J'étais d'accord avec lui. Le samedi matin je n'étais pas en forme pour aller chercher les résultats de l'analyse sanguine, c'est lui qui est parti au laboratoire. J'étais entrain d'angoisser sur le canapé quand je reçois un coup de fil :

- On va avoir un bébé c'est génial ! : Il hurlait de joie au téléphone ! Quand il est rentré il m'a pris dans ses bras et m'a dit qu'il voulait ce bébé, qu'il m'aimait, qu'il aimait déjà son bébé.
Moi j'étais angoissé, je ne voulais pas être mère. J'ai pris rdv pour faire l'échographie dès le lundi suivant.

L'échographe me regarde surprise et me dit mais pourquoi vous venez si tard, je ne comprends pas. Et la elle m'annonce que je suis enceinte de 5 mois ! J'écarquille les yeux, je panique, je dis mais ce n’est pas possible, vous vous êtes trompée. Mais elle confirme bien ce qu'elle vient de me dire. Je suis anéantie. Elle me demande si je veux connaître le sexe du bébé : j'en reviens pas, elle m'annonce que c'est un beau petit garçon déjà bien formé et que ses mesures sont normales.

Je quitte la salle de consultation comme dans un rêve, je marche dans la rue sans faire attention, j'ai failli me faire renverser par une voiture. Je ne réalise toujours pas que je porte la vie. Je me demande comment je n'ai pas pu m'en rendre compte plutôt. Je prends rendez-vous avec mon psy. Pour elle c'est normal, elle dit que c'est un déni de grossesse : mon corps et mon esprit on protégé ce bébé pendant 5 mois car si je l'avais su plutôt j'aurais sûrement avorté. Cet enfant voulait vivre, il m'avait choisi pour être sa mère; moi qui m'en sentait pas capable, il avait décidé à ma place.

En une semaine mon corps s'est transformé : mes seins sont devenus lourds et douloureux, mon ventre s'est arrondi, j'ai commencé à avoir des douleurs au bas ventre. C'était de la magie. La gynécologue qui m'avait vu le lundi ne m'a pas reconnu le vendredi. Le bébé prenait enfin la place qui lui était due mais j'avais si mal qu'elle m'a arrêté et placé en arrêt maladie pathologique car si je continuais à aller travailler il y avait des risques pour que j'accouche prématurément.

J'ai mis beaucoup de temps à me dire que j'allais être mère. Pour moi pour l'instant j'étais juste enceinte point. Par contre mon amoureux lui était très enjoué, il avait déjà trouvé un prénom pour son fils, il achetait des vêtements, des jouets, il lisait des livres, des magasines, consultait les forums et les blogs sur internet. Je pouvais totalement me reposer sur lui, il s'occupait de tout.

Quand notre fils est né, il a immédiatement été un père, pour moi devenir mère a pris plus de temps. J'avais beaucoup de mal à parler à mon fils, à me dire que c'était MON fils.

Maintenant il a 21 mois, bientôt deux ans qu'il partage ma vie et je l'aime plus que tout.


Articles similaires :
- Soigner la constipation chez un bébé
- Ces maladies qui vous inquiètent
- Premier accouchement : l'arrivée d'Eva
- Comment les occuper dans la voiture
- Le périnée, il faut en discuter
Questions similaires :
- Combien de temps vaut il mieux attendre pour avoir un 2eme enfant?
- Accouchement à 25 semaines
- Une question que je me pose souvent j'ai deux filles qui son du mm papa et une fille d'un autre! Les deux
- Quand on dit que la télé influence nos enfant c'est pas pour rien!
- Question sur le diabéte
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Marie Barnabé (Cawkette) Publié le 13-11-2008
Voir la fiche de Marie Barnabé (Cawkette)
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés

Ecrit par : babeillea Le 16-11-2008 à 22:35
Chaque épreuve de ta vie a fait ce que tu es aujourd'hui, et juste pour çà tu dois continuer à aller de l'avant! bonne contination et une merveilleuse vie pour toi et ton fils!

Ecrit par : Marie Barnabé (Cawkette) Le 13-11-2008 à 16:18
Merci Bretzelle , parfois la vie réserve des épreuves pour nous la rendre encore plus belle

Ecrit par : Bretzelle59 Le 13-11-2008 à 15:43
Waou, je ne trouve pas de mots, c'est tout de meme fou ce que notre corps peut faire, je te souhaite bcp de bonheur avec ton cheri et ton mini chéri.
bisous a vs

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles