Bien-être & Forme - Vous avez fait un malaise ? Voici comment en éviter un autre !

Agrandir l'image - Malaise © Shutterstock
Vous avez fait un malaise ? Voici comment en éviter un autre !
Malaise
© Shutterstock

Quelle que soit la cause, une syncope se produit lorsqu’il y a une réduction momentanée de la circulation sanguine cérébrale, ce qui diminue l’apport d’oxygène.

Perturbé, le cerveau ne contrôle plus les fonctions de l’organisme et se « déconnecte ». Puis on reprend conscience spontanément.

La plupart du temps, ce malaise est sans gravité, sauf en cas de blessure quand on tombe. Mais consultez toujours pour vous en assurer : un examen clinique avec prise de tension et un électrocardiogramme au repos (parfois chez un médecin généraliste), doivent être réalisés.

On distingue trois grands types de syncopes.

Votre organisme réagit à un stress
Elle s'appelle « réflexe » ou malaise vagal, elle est celle qui est la plus courante. Elle est causée par un stress émotionnel tel que l’annonce d’une mauvaise nouvelle, une peur, par une forte douleur ou par le fait d’être longuement restée debout.

Par réaction nerveuse, ces situations déclenchent un trouble de vos fonctions circulatoires. Votre cerveau ne reçoit plus assez de sang.

Vous pouvez aussi en être victime sous une chaleur étouffante. Si votre corps la supporte mal, il réagit pour abaisser sa température : les vaisseaux se dilatent et amènent beaucoup de sang au niveau de la peau. Avec pour effet d’en fournir moins au cerveau.

Ce que vous devez faire


Allongez-vous ou allez prendre l’air en cas de chaleur étouffante.
Votre tension chute quand vous bougez
Cette syncope, dite « orthostatique » se produit le matin au lever, quand vous passez de la position allongée à debout.

Parfois, cela arrive aussi de la position assisse à debout. Sous l’effet de l’apesanteur, le sang afflue en bas de votre corps. En principe, le système nerveux le régule aussitôt vers le haut. Mais si cela ne va pas assez vite, le débit cardiaque et la tension diminuent. Et le cerveau n’a pas assez de sang. Le malaise débute en général par des troubles visuels (perception d’étoiles), un étourdissement,..

Ce que vous devez faire

Levez-vous lentement. Restez assise quelques instants sur le bord de votre lit et faites des fléchissements des chevilles : cela aide à faire remonter le sang.
Si ce malaise vous guette quand vous vous levez d’une chaise, fléchissez aussi vos pieds avant de vous mettre debout.

Votre médecin recherchera diverses causes : prise de médicaments, maladie veineuse des jambes,... Il pourra en conséquence modifier un traitement, conseiller le port de collants de contention.

Si aucune origine médicale n’est découverte, revoir votre hygiène de vie peut alors être nécessaire : un excès de fatigue, un sommeil insuffisant font chuter la tension.
Si, malgré tout, les malaises persistent, un traitement qui stimule le système vasculaire peut vous être prescrit.
Et si c’était un problème cardiaque ?
Votre médecin évoque un diagnostique en cas d’électrocardiogramme anormal, ou si vous n’avez pas été victime des autres syncopes bénignes.

La perte de connaissance qui survient n’importe quand, parfois avec des convulsions, peut alors être due à des troubles du rythme cardiaque, à une affection coronaire (angine de poitrine, infarctus... ).

Ce que vous devez faire


Vous passerez divers examens, comme un électrocardiogramme en continu pendant vos activités quotidiennes.

Le traitement dépendra de la cause trouvée.
Si, comme près de deux personnes sur dix, votre syncope ou vos syncopes répétées restent inexpliquées malgré la suspicion d’une anomalie cardiaque, une nouvelle solution vous est proposée.

Pour en trouver la cause, un petit implant (Reval) peut être inséré sous la peau de votre thorax. Cela se fait sous anesthésie locale, sans hospitalisation. C’est un progrès considérable : ce petit appareil enregistre le rythme cardiaque quand une anomalie est détectée et, en cas de nouvelle perte de connaissance, il permet de découvrir l’origine. Il peut ainsi sauver la vie.

Quand les médecins craignent un haut risque de mort subite, ils peuvent toutefois poser d’emblée un pacemaker, par exemple.
Si une personne perd connaissance devant vous
Ayez le réflexe de l’allonger, les jambes un peu surélevées, pour faciliter le retour du sang vers le cœur et le cerveau.
Desserrez ses vêtements : ceinture, cravate…

Donnez de petites tapes sur les joues pour stimuler les centres respiratoire et cardiaque, éventez le visage avec un journal...

En cas de vomissements, pour éviter un reflux dans les bronches, allongez la victime en position « de sécurité » : sur le côté, le genou du dessus plié et posé au sol pour assurer une stabilité.

Faites la même chose si la perte de connaissance dure, et appelez les secours.

Ne lui donnez rien (eau ou autre) tant que la personne n’a pas bien repris ses esprits.

Articles similaires :
- Nouveauté : le U-Bound sur trampoline
- Quand la voix se fait la malle...
- L'agar agar, miracle ?
- Conseils pour se faire plaisir sans excès pendant les fêtes
- Le café vert de A à Zen
Questions similaires :
- Bonjour, je suis alergique au pollen et cela depuis lundi m'a déclanché un gros rhume.
- Alors qui a regardé.
- Combien de temps passez vous sous la douche ?
- Préférez vous une femme filiforme ou avec des rondeurs ?
- J'ai des brulure d'estomac ça me stress vous connaissez des p'tit truc pour éviter ça?
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)   Ajouter aux favoris
Edité par Taponandra Publié le 23-12-2010
Voir la fiche de Taponandra
Lui envoyer un message privé

Commentaires publiés


Aucun commentaire

 
 
Connexion
Mot de passe perdu ? Devenir membre !
Pourquoi devenir membre ?
Rédigez des articles et gagnez des Euros sur le site
Echangez vos Euros dans la boutique : plus de 100 cadeaux !
Echangez des messages privés avec les membres du site
Ajoutez vos articles préféré dans votre espace Favoris
Donnez votre avis en laissant des commentaires sur les articles