Beauté Maquillage

Maquillage permanent : 9 questions pour déméler le vrai du faux

maquillage permanent

Si le maquillage permanent est une technique très en vogue, à la portée de tous et à tout âge (à partir de 18 ans, sauf autorisation parentale écrite), il suscite de nombreuses questions et ne manque pas de faire l’objet de nombreuses idées reçues. Nous vous proposons de faire le point et de démêler, une fois pour toutes, le vrai du faux concernant le maquillage permanent.

Le maquillage permanent rend inutiles le crayon à lèvres et l’eye-liner

VRAI. La technique du maquillage permanent est proche du tatouage et c’est bien son côté pratique qui incite de nombreuses personnes à choisir cette solution. Au niveau des lèvres et des yeux, le maquillage permanent permet d’avoir une mine radieuse, dès le matin au réveil, mais également après une séance de sport ou de natation.

Le maquillage permanent, c’est seulement pour les lèvres et les yeux

FAUX. Bien que la plupart des personnes choisissent le maquillage permanent pour sublimer leur regard, épaissir et redessiner la ligne de leurs sourcils ou encore redessiner la courbe de leurs lèvres, le maquillage permanent est également une solution idéale permettant de masquer certaines imperfections de la peau, comme des cicatrices d’acné ou d’éventuelles tâches de dépigmentation.

Comme pour le tatouage, il existe de nombreuses couleurs de maquillage permanent

VRAI… mais attention ! Même s’il existe de nombreuses couleurs de maquillage permanent, l’idée est de conserver un effet naturel. Pour ce faire, il vaut mieux opter pour une pigmentation proche de la couleur naturelle de votre peau. En effet, des sourcils trop foncés ou trop clairs risquent de trancher avec votre pilosité naturelle. La même règle s’applique aux lèvres, dans la mesure où un ton trop foncé peut ne pas paraître naturel sur une personne au teint pâle. D’une manière générale, en matière de maquillage permanent, mieux vaut rester sobre, afin de ne pas se lasser trop rapidement.

L’opération de maquillage permanent est douloureuse

FAUX. Il faut savoir qu’avant de traiter une zone en particulier, le praticien applique une crème anesthésiante, de manière à minimiser les effets désagréables du maquillage permanent chez les personnes sensibles. Néanmoins, il est important de noter que le maquillage permanent est bien moins douloureux qu’un tatouage, le procédé étant différent. La plupart des personnes qui choisissent le maquillage permanent affirment ne ressentir aucune douleur.

Le maquillage permanent ne peut être effectué que par des dermatologues

FAUX. L’activité des dermographes, c’est-à-dire des personnes qui appliquent les techniques du maquillage permanent, est réglementée par le décret n° 2008-149 du 19 février 2008. Ce décret fixe les conditions d’hygiène et de salubrité liées à la pratique du tatouage et du piercing, et vise en premier lieu à limiter les risques d’infection et de transmission des virus. Pour pratiquer le maquillage permanent, une formation adéquate est nécessaire, au même titre que l’apprentissage des règles d’hygiène, par le biais d’une formation de trois jours complets. Qu’il s’agisse de dermopigmentation ou de microblading, la formation en hygiène ne peut être délivrée que par un professionnel de santé, comme une infirmière par exemple. En outre, une série d’obligations strictes, en matière d’hygiène, doit être impérativement suivie par chaque praticien pratiquant le maquillage permanent.

Le maquillage permanent ne fonctionne pas de la même manière sur toutes les peaux

VRAI. Si le maquillage permanent n’abîme pas l’épiderme, son effet et sa tenue seront différents selon les peaux et surtout, selon l’âge de la personne concernée. Lorsque la peau est jeune, par exemple, le renouvellement cellulaire étant plus actif et plus rapide, les pigments du maquillage permanent s’estompent généralement plus rapidement que sur une peau mature.

Il n’y a aucun soin particulier à prévoir après l’opération de maquillage permanent

Plutôt VRAI. Néanmoins, au cours de la semaine qui suit l’opération de maquillage permanent, il convient de suivre les instructions du praticien et d’appliquer le traitement proposé si nécessaire. N’utilisez aucune autre crème, sans avoir demandé conseil à votre praticien au préalable. Il est également important que la zone traitée reste sèche, l’humidité pouvant retarder le processus de cicatrisation. Par ailleurs, il est essentiel de ne toucher la zone traitée qu’avec des mains parfaitement propres.

À noter également qu’une retouche peut être nécessaire de deux à trois semaines après l’intervention.

Le maquillage permanent et le tatouage : c’est la même chose

FAUX. La procédure de maquillage permanent ressemble à celle du tatouage, dans la mesure où il s’agit d’insérer des pigments de couleur sous la peau à l’aide d’une aiguille. Dans les deux cas, la pigmentation dure dans le temps. Néanmoins, dans le cas du tatouage, les pigments sont insérés plus profondément dans l’épiderme. Dans le maquillage permanent, le pigment est inséré au niveau de la couche supérieure du derme, juste en dessous de l’épiderme. C’est pour cette raison que le tatouage dure plus longtemps que le maquillage permanent.

Il est impossible de rattraper un maquillage permanent raté

FAUX. Heureusement, il existe une gamme de pigments correcteurs et d’outils permettant d’extraire les pigments afin de rectifier, voire même d’effacer un maquillage permanent qui n’a pas abouti aux résultats escomptés. Néanmoins, il est essentiel, encore une fois, de bien choisir son praticien et de s’informer en amont avant de se lancer.